«Le gouvernement a essayé de saboter notre enquête»

«Panama Papers»Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz et l'expert anti-corruption bâlois Mark Pieth ont quitté le comité d'experts créé après le scandale des «Panama Papers».

Joseph Stiglitz se dit déçu par l'attitude du gouvernement du Panama. (Archives)

Joseph Stiglitz se dit déçu par l'attitude du gouvernement du Panama. (Archives) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mis sur pied par le Panama, il doit lui permettre d'adapter son système financier aux standards de l'OCDE.

Le «Panama Papers» publié en avril rassemblent plus de 11,5 millions de documents du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Leur publication a révélé les détails financiers de nombreux comptes offshore susceptibles d'être utilisés pour échapper au fisc.

Joseph Stiglitz et Mark Pieth disent avoir trouvé le gouvernement peu disposé à soutenir une enquête ouverte. Ils ont tous deux démissionné vendredi après le refus du Panama de garantir que les rapports du comité seraient rendus publics.

Saboter

Ils comptaient parmi les sept membres du comité de transparence convoqué par le pays pour auditer son système financier, notoirement opaque. «Je pensais que le gouvernement était plus engagé, mais ce n'est manifestement pas le cas», a dit le professeur américain. «C'est extraordinaire comme ils ont essayé de nous saboter», a-t-il ajouté.

Lors de la première réunion du comité à New York les 4 et 5 juin, la nécessité d'un engagement du gouvernement panaméen à publier les résultats du rapport faisait consensus, ont dit Joseph Stiglitz et Mark Pieth. Mais la semaine dernière, ces derniers ont reçu une lettre du gouvernement revenant sur cette promesse.

Pas de rapports secrets

Dans un entretien avec la SonntagsZeitung publié sur le portail d'informations Newsnet, le professeur de droit de l'Université de Bâle qualifie d'«assez grossière» la lettre du ministère des affaires étrangères du Panama. «Il écrivait que le président du Panama déciderait seul de la publication ou non des résultats».

Joseph Stiglitz et lui estiment en revanche qu'ils «ne rédigent pas de rapports secrets», relève Mark Pieth. La transparence est la première règle pour une place financière propre.

M. Pieth précise qu'ils ont clairement dit que les noms des détenteurs réels de sociétés boîtes aux lettres devaient être rendus publics. Ils ont également plaidé pour qu'on ne parle pas seulement d'échange automatique d'informations, mais qu'on le mette en oeuvre.

«Je suppose que ces exigences n'ont pas été très appréciées, ni par le gouvernement, ni par l'industrie financière du Panama», ajoute le professeur bâlois.

«Divergences internes»

Le gouvernement panaméen a défendu la gestion «autonome» du comité dans un communiqué, regrettant les départs de Joseph Stiglitz et Mark Pieth. Il l'attribue à des «divergences internes».

Il a remercié les deux hommes pour leurs recommandations et s'est dit toujours attaché à la «transparence et la coopération internationale». Il n'a pas précisé si les deux hommes seraient remplacés ni par qui.

Vives critiques

Les autorités panaméennes avaient créé le 29 avril le Comité indépendant d'experts pour le centre de services financiers et d'entreprises du Panama.

Il s'agissait d'une réponse aux vives critiques liées au scandale dit des «Panama Papers». Le comité doit évaluer les pratiques en cours dans le système financier panaméen et proposer des mesures pour renforcer la transparence et la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent. Il a remis en juillet un rapport préliminaire contenant de premières recommandations.

Le pays d'Amérique centrale a demandé le mois dernier à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) son rattachement à la convention multilatérale sur l'échange d'information fiscale. (ats/nxp)

Créé: 06.08.2016, 15h24

Galerie photo

Les «Panama Papers» secouent le monde

Les «Panama Papers» secouent le monde 140 personnalités internationales ont utilisé des sociétés offshore pour cacher des avoirs. Les documents, regroupés sous la dénomination Panama papers, ont été exploités par une centaine de journaux.

Articles en relation

Un employé de Mossack Fonseca arrêté à Genève

«Panama Papers» L'informaticien interpellé est suspecté d'avoir soustrait des données au cabinet d'avocats panaméen, qui a porté plainte. Plus...

Credit Suisse cesse ses activités au Panama

Amérique du Sud Le No2 bancaire helvétique va fermer ses bureaux de Private Banking. Mais ça n'a rien à voir avec les «Panama Papers». Plus...

Le Panama va échanger ses informations

«Panama Papers» Le gouvernement échangera avec les autres pays, selon la norme de l'OCDE. Plus...

«Panama Papers»: Credit Suisse pris dans la tourmente

Etats-Unis Plusieurs grandes banques, dont l'établissement suisse, doivent rendre des comptes à la justice américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.