Les Géorgiens pourront voyager sans visas

EuropeLes Etats membres de l'UE ont adopté une nouvelle mesure qui permettra aux Géorgiens de voyager plus facilement dans l'Union.

Les deux drapeaux géorgiens: celui de l'Etat et celui de la religion chrétienne géorgienne.

Les deux drapeaux géorgiens: celui de l'Etat et celui de la religion chrétienne géorgienne. Image: Wikicommons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lundi la dernière étape de la procédure accordant aux ressortissants géorgiens une exemption de visas pour leurs voyages de courte durée dans l'Union a été franchie. Cette exemption est toutefois assortie d'un «frein d'urgence».

Après ce feu vert final, les Géorgiens détenteurs d'un passeport biométrique n'auront plus besoin de visas pour des séjours de 90 jours maximum dans l'UE, sauf en Irlande et au Royaume-Uni.

La mesure est également valable en Islande, au Liechtenstein, en Norvège et en Suisse (membres de l'espace Schengen) et sera applicable 20 jours après sa publication prochaine au Journal officiel de l'UE.

Les pays européens avaient déjà donné leur accord pour cette exemption concernant la Géorgie. Mais ils l'avaient conditionnée à l'adoption d'un «frein d'urgence» permettant de suspendre rapidement ce type d'exemption en général.

Ce nouveau mécanisme, qui a également fait l'objet d'une adoption finale lundi par les pays européens, vise à répondre aux inquiétudes de certains pays face à la perspective d'un afflux migratoire en provenance des pays exemptés de visas.

Autres pays demandeurs

L'Ukraine, le Kosovo et la Turquie espèrent en effet aussi obtenir rapidement des dispenses pour leurs citoyens, et les pays européens craignent que certains n'abusent du système en restant dans l'UE au-delà de la période autorisée.

La nouvelle clause de suspension, qui durcit le dispositif actuel, pourra être déclenchée en cas de forte pression migratoire en provenance d'un pays exempté de visas, ou de hausse sensible du nombre de ressortissants d'un pays tiers restant dans l'UE après l'expiration de la durée autorisée de leur séjour sans visa.

L'exemption pourrait aussi être suspendue en cas de manque de coopération du pays tiers en matière de «réadmission» de ses ressortissants ou de migrants irréguliers ayant transité par son territoire avant de rejoindre l'UE par exemple. (ats/nxp)

Créé: 27.02.2017, 14h45

Articles en relation

Contrôles confirmés au sein de l'espace Schengen

Union européenne Cinq Etats ont obtenu de pouvoir continuer à surveiller leurs frontières, mesure prise pour faire face à l'afflux de migrants. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Ignazio bat Maudet
Plus...