La France des hyper veut réinventer la vie

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ah la France! Sa culture, sa gastronomie, ses vins, ses plages sur la Côte d’Azur, son patrimoine bardé de châteaux, son art de vivre et ses supermarchés… Mieux, ses hypermarchés! En effet, pour beaucoup de Suisses, l’expérience tricolore la plus fréquente – mais pas trop souvent, hein! – reste la déambulation dans ces magasins gigantesques qui sont le propre des grandes enseignes de la distribution française. Or elles sont aujourd’hui en difficulté et les fameux hyper doivent se réinventer!

Les trois géants français de la branche – les groupes Carrefour, Casino et Auchan – publient ces jours des chiffres positifs mais dont les analystes soulignent les faiblesses. Le secteur de l’hyper, toutes enseignes confondues, n’a progressé que de 0,3% ces trois dernières années alors que le marché global affiche un 3% et que la vente dite de proximité exhibe, elle, un fier 7%. Sans parler des ventes sur Internet, qui, elles, explosent de 40% durant la même période. Mais la France a pris du retard sur ce point.

Transformer les hypermarchés en «hyperlieux». C’est le très surprenant défi auquel sont confrontées ces grandes enseignes françaises. Elles tentent désormais par tous les moyens de faire ressembler leurs «malls» gigantesques à des points de vente plus conviviaux, plus diversifiés et plus chaleureux. Par exemple, le groupe Casino fait tout pour réduire la taille de ses surfaces de vente pour libérer de la place à l’intention des magasins et boutiques de plus petites enseignes spécialisées ou de marques propres.

D’autres, comme Auchan, qui vient de rénover l’un de ses magasins XXL en région parisienne, ont introduit de nouveaux concepts tels que la dégustation de produits travaillés sur place, la mise en place de rayonnages ressemblant à des magasins spécialisés avec personnel ad hoc.

Bref, l’«hyperlieu» du futur qui doit remplacer l’hypermarché d’aujourd’hui veut ressembler à une ville. Ces expériences d’achat, cet accueil et cette compétence recherchés lors de la vente sont ceux des bons vieux commerces de bouche d’autrefois. Les supermarchés français, après avoir vidé les centres urbains de toute vie commerciale, et donc sociale, aimeraient désormais réinventer la vie au cœur de ces magasins par le truchement de quelque animation.

Mais la France possède déjà un «hyperlieu» connu partout dans le monde: c’est Paris. En effet, la capitale française compte encore près de 70 000 commerces de bouche qui sont constitutifs de son charme et de son attractivité. L’Office du tourisme d’ailleurs le sait, qui vend cette spécificité. Paris est la dernière grande capitale européenne à ne pas avoir baissé les bras face aux grands distributeurs. Cet ADN, Paris le doit à Jacques Chirac, qui, lorsqu’il était maire de Paris, avait interdit, en 1980, l’implantation des hypermarchés dans sa ville pour y maintenir le commerce de détail. On sait les Chirac peu sourcilleux sur les frais de bouche, mais c’est une autre histoire…

En revanche, très sérieusement, en 2014, l’institut de sondage Ifop s’est concentré sur la relation entre le vote FN et la présence, au centre-ville, de commerces. Le résultat est étonnant: la sympathie pour le FN progresse avec la disparition d’une boulangerie, d’une épicerie, d’une boucherie-charcuterie, d’un café, d’un restaurant, d’un bureau de poste, d’une banque, d’un médecin généraliste ou encore d’une pharmacie. C’est évidemment une autre manière d’illustrer le sentiment d’abandon et la sinistrose d’une France précarisée.

Je sors m’acheter une baguette et un bout de saucisson au coin de la rue. Car si c’est aussi bon pour la tête, pourquoi se priver!

Créé: 19.10.2017, 11h14

«L’«hyperlieu» du futur qui doit remplacer l’hypermarché d’aujourd’hui veut ressembler à une ville»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Chinois exportent à nouveau
Plus...