La fin du charbon, pomme de discorde du futur gouvernement Merkel

AllemagneAlors que la conférence sur le climat touche à sa fin à Bonn, l’avenir du charbon divise les futurs membres de la coalition.

Les Allemands sont en grande majorité favorables à la disparition du charbon.

Les Allemands sont en grande majorité favorables à la disparition du charbon. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une semaine décisive pour l’avenir du charbon en Allemagne. Alors que la conférence internationale sur le climat (COP23) s’achève vendredi à Bonn, les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement de coalition entre les conservateurs (CDU/CSU), les libéraux (FDP) et les écologistes (Die Grünen) continuent d’achopper sur le calendrier de sortie d’une énergie fossile qui représente encore plus de 40% de la production d’électricité du pays.

Les Allemands sont en grande majorité favorables à la disparition de cette source d’énergie. Mais ils restent divisés sur la manière d’organiser la transition. Aucun autre thème n’est autant discuté actuellement par les trois partis de la future coalition d’Angela Merkel.

Comme pour le nucléaire, les écologistes ont plaidé pour un abandon définitif, avec une date butoir en 2030, ainsi que la fermeture rapide des centrales les plus polluantes, pour atteindre les objectifs environnementaux (réduction de 40% des émissions de CO2 en 2020 par rapport à 1990). Une partie des conservateurs (CDU/CSU) et les libéraux du FDP s’y opposent sous prétexte qu’une sortie trop rapide menacerait des milliers d’emplois dans les grandes régions productrices (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Brandebourg, Saxe et Saxe-Anhalt). Une position d’ailleurs partagée par les syndicats favorables à une transition énergétique sans casse sociale.

Les écologistes ont déjà fait des concessions lors des discussions «exploratoires» entre les trois partis en acceptant d’abandonner l’échéance de 2030. «La fin du charbon reste néanmoins l’un de nos principaux objectifs dans ce gouvernement», a insisté Jürgen Trittin, négociateur Vert et ancien ministre de l’Environnement. Les écologistes attendent maintenant un geste de bonne volonté de la part des conservateurs. Selon les experts, le parti de Merkel devrait accepter la fermeture immédiate de la moitié des centrales pour atteindre les objectifs…

Alors que les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse en 2017, selon les chercheurs du Global Carbon Project, la tenue à Bonn de la COP23 met la pression sur le gouvernement encore en place à Berlin. Par ailleurs, 50 grandes entreprises allemandes dans le monde ont lancé un appel la semaine dernière en faveur d’un abandon rapide du charbon.

Face à cette pression, le gouvernement a déjà cédé du terrain. Indépendamment des négociations de coalition, Barbara Hendricks, la ministre social-démocrate (SPD) de l’Environnement, a annoncé dimanche, en accord avec la chancelière, qu’elle renonçait à porter plainte contre les nouvelles normes environnementales décidées par les États membres de l’Union (UE) en avril dernier afin de protéger la santé des Européens. Selon les experts, de nombreuses centrales pourraient donc être rapidement débranchées, leur remise aux normes coûtant beaucoup trop cher. Comme pour le nucléaire, les producteurs vont néanmoins tout faire pour repousser la date de fermeture de leurs centrales afin de les rentabiliser au maximum. Les grands groupes énergétiques allemands, comme RWE, comptent sur le soutien des libéraux du FDP au gouvernement pour jouer la montre. Les règles européennes doivent être encore transcrites dans le droit allemand, ce qui permet de prendre son temps. Afin de défendre sa cause, RWE a déjà mis en garde les Allemands contre les menaces de «black-out».

Créé: 14.11.2017, 19h58

Articles en relation

L’Allemagne va reconnaître le 3e sexe

Identité Sur décision de justice, le législateur devra introduire une catégorie de genre pour les personnes intersexe. Plus...

L’arrivée au parlement allemand rapporte gros aux populistes de l’AfD

Ultradroite Le parti Alternative pour l’Allemagne va recevoir de l’Etat plus que deux fois son budget de 2016. Plus...

Angela Merkel condamnée à réussir sa coalition «jamaïcaine»

Allemagne La chancelière a engagé de difficiles négociations pour former un gouvernement. En jeu, rien de moins que sa carrière politique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...