Le fils de l'ex-président angolais inculpé de fraude

AngolaJose Filomeno dos Santos a été inculpé de fraude pour avoir ordonné un virement jugé suspect de 500 millions de dollars.

Jose Filomeno dos Santos.

Jose Filomeno dos Santos. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jose Filomeno dos Santos est poursuivi pour «fraude, détournement de fonds, trafic d'influence, blanchiment d'argent et association criminelle», a expliqué le procureur général adjoint, Luís Benza Zanga, lors d'une conférence de presse.

Surnommé Zenu, il avait été nommé en 2013 par son père, le président Jose Eduardo dos Santos, à la tête d'un fonds souverain créé un an plus tôt et doté d'un capital initial de 5 milliards de dollars puisés dans la manne pétrolière du pays.

Il a été limogé de son poste en janvier dernier par le nouveau président de l'Angola, Joao Lourenço.

L'ancien directeur de la Banque centrale angolaise, Valter Filipe da Silva, a également été inculpé en relation avec cette affaire, a précisé lundi Luís Benza Zanga.

Credit Suisse dément

Le mouvement de fonds suspect a été ordonné en septembre depuis le compte du Fonds souverain à la Banque centrale, selon le magistrat. Il a précisé que l'argent avait depuis été rendu à l'Angola.

Credit Suisse a nié toute implication dans ce dossier, comme il en avait été question dans un premier temps. «Le Credit Suisse n'a aucune trace de la fraude alléguée, laquelle impliquait des documents falsifiés, et la banque n'a reçu aucun fonds en relation avec cette affaire. Toutes les informations disponibles ont été transmises aux autorités compétentes concernées», a précisé un porte-parole.

Le magistrat a indiqué que la justice avait placé les deux accusés sous contrôle judiciaire et leur avait retiré leurs passeports. «Il n'y aura pas d'indulgence pour ce crime, même si l'argent a été rendu à notre pays», a-t-il insisté, «nous irons jusqu'au bout de cette enquête, il n'y aura aucun pardon».

José Eduardo dos Santos a dirigé l'Angola pendant trente-huit ans, un règne sans partage pendant lequel il a mis l'économie du pays en coupe réglée au profit d'une poignée de proches.

Son successeur, Joao Lourenço, issu du même Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), lui a succédé en septembre et a congédié, au nom de la lutte contre la corruption, de nombreux barons de l'ancien régime.

Sa sœur aussi

La demi-soeur de Zenu, Isabel dos Santos, a ainsi été limogée de son poste de PDG de la compagnie pétrolière nationale, la Sonangol. La justice a ouvert au début du mois une enquête sur de possibles détournements de fonds sous sa présidence.

Considérée comme la femme la plus riche d'Afrique, Isabel dos Santos a nié catégoriquement ces accusations. (afp/nxp)

Créé: 26.03.2018, 18h09

Articles en relation

Une présidentielle pour conclure l'ère Dos Santos

Angola Les Angolais ont voté mercredi pour choisir leur nouveau président. Des résultats provisoires sont attendus vendredi. Plus...

Joao Lourenço, dauphin idéal de dos Santos

Angola Le général Lourenço a tout pour plaire au président actuel et aux Angolais: sa loyauté, son expérience et même sa femme. Plus...

L'Angola veut tourner la page dos Santos

Elections Video Le pays vote mercredi pour des élections générales qui marquent la fin du règne exercé depuis trente-huit ans par le président José Eduardo dos Santos. Plus...

La femme «la plus riche» d'Afrique limogée

Angola Video Le nouveau président angolais a destitué Isabel dos Santos, la fille de l'ex-chef de l'Etat José Eduardo dos Santos, de son poste de directrice de Sonangol, la compagnie pétrolière nationale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...