Passer au contenu principal

«Il faut se lancer à fond dans les énergies renouvelables»

Nicolas Hulot, ministre français de la transition écologique et solidaire, était à Genève jeudi pour parler climat, santé et migration avec les experts de l’ONU.

Nicolas Hulot souligne que le climat est la principale cause de déplacements de populations.
Nicolas Hulot souligne que le climat est la principale cause de déplacements de populations.
Bosio/Ushuaia Nature/TF1

Ministre français de la Transition écologique et solidaire Qu’avez-vous dit aux représentants de l’Organisation mondiale de la météo que vous avez rencontrés?

Qu’on ne les laissait pas tomber! L’OMM héberge le siège du Groupe d’experts sur le climat (GIEC). Le financement de cet organisme est affecté par le retrait américain. Aujourd’hui, ses responsables passent plus de temps à chercher de l’argent qu’à remplir leur mission – qui nous est essentielle. Le GIEC est un peu notre boussole scientifique. Nous ne pouvons pas nous en passer. Ses travaux sont très importants pour affiner la mise en œuvre des objectifs fixés à Paris lors de la COP21. Je suis donc venu leur dire que la France allait compenser avec d’autres États l’intégralité des 40% de financement que les États-Unis leur apportaient avant leur retrait.

Le combat contre le changement climatique ne serait-il pas en train de s’essouffler?

Il y a une forme de résignation en ce moment. Certains disent que c’est perdu, donc ils misent tout sur l’adaptation. Bien sûr, il faut s’adapter pour ceux qui sont déjà impactés, mais il faut garder à l’esprit que si le phénomène nous échappe, nous aurons beau mobiliser tous les moyens du monde, ils ne nous permettront pas de faire face aux changements climatiques. Il faut changer d’échelle dans le déploiement des technologies se lancer à fond dans le développement des énergies renouvelables.

Pourquoi avez-vous tenu à participer à la conférence organisée par l’Organisation internationale des migrations?

Parce qu’elle portait sur la relation entre les migrations et les changements climatiques. Je pense qu’il y a un effet domino qu’il ne faut pas sous-estimer. Le climat est la principale cause de déplacements de populations. Il n’est pas exclu que l’origine du conflit syrien se trouve dans un basculement climatique qui s’est produit dans le nord-est de la Syrie, contraignant des centaines de milliers des personnes à se déplacer vers le sud-est. Je ne dis pas que ce qui se passe en Syrie est dû au changement climatique. Je dis juste que cela a été un facteur aggravant.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.