Passer au contenu principal

Etats-UnisIl tire sur des Indiens, les croyant du Moyen-Orient

Un Américain a tué un homme d'origine indienne et blessé un autre, en criant «Sortez de mon pays».

Capture écran Twitter. Ce nouveau fait divers accroît les tensions autour de l'augmentation des crimes racistes, xénophobes et anti-gay et antisémites depuis le début de l'ère Trump.

Un Américain a tué mercredi soir un homme d'origine indienne et en a blessé un autre dans un bar du Kansas, aux Etats-Unis, croyant que ses deux victimes venaient du Moyen-Orient. Au moment de la fusillade, le tireur a hurlé: «Sortez de mon pays».

Les deux victimes travaillaient dans le secteur des hautes technologies. Elles ont été visées, alors qu'elles regardaient un match de sport à la télévision. L'une d'elles habitait aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans.

Ce crime aux motivations apparemment racistes a créé l'émoi parmi la communauté indienne aux Etats-Unis et jusqu'en Inde. Les autorités ont inculpé le tireur présumé, âgé de 51 ans, d'assassinat et deux tentatives d'assassinat. Sa caution a été fixée à deux millions de dollars.

Hausse des délits racistes

Il a été appréhendé après la fusillade dans un autre restaurant de cet Etat du centre des Etats-Unis, où il s'était vanté d'avoir tué deux hommes originaires du Moyen-Orient, selon le journal Kansas City Star.

Un jeune homme de 24 ans, qui a tenté de s'interposer, a également été blessé au cours de la fusillade. Cette attaque est survenue dans un contexte tendu aux Etats-Unis, qui ont connu une augmentation des délits racistes et antisémites ces derniers mois.

Dans une émouvante allocution filmée, la femme de la victime décédée demande au gouvernement d'expliquer comment il compte mettre fin aux "hate crimes", ces crimes inspirés par la xénophobie.

Wife of man killed in shooting at Olathe bar said she wonders what the U.S. will do to stop hate crimes against minorities. pic.twitter.com/nRmnpjvyYX— KCTV5 News (@KCTV5) 24 février 2017

En novembre, dans les 10 jours suivant la victoire à la présidentielle de Donald Trump, qui avait usé d'un discours incendiaire durant sa campagne, une organisation américaine des droits de l'homme, le Southern Poverty Law Center, a dénombré867 incidents racistes aux Etats-Unis, dont 100 à caractère antisémite.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.