Ils tentent d'enfermer un Noir dans un cercueil

Afrique du SudDeux fermiers racistes ont maltraité un jeune homme et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Ils vont être jugés.

Sur une vidéo de 20 secondes, on voit un jeune homme Noir se faire martyriser par deux Blancs.

Sur une vidéo de 20 secondes, on voit un jeune homme Noir se faire martyriser par deux Blancs. Image: dr/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux Blancs sont poursuivis en Afrique du Sud pour avoir tenté d'enfermer dans un cercueil un jeune Noir et menacé de le brûler vivant, un incident enregistré sur une vidéo qui suscite une vive indignation dans un pays meurtri par des années de ségrégation raciale.

Willem O. et Theo J. doivent comparaître mercredi à Middelburg, dans la province du Mpumalanga (nord-est), pour agression et tentative de coups et blessures, a-t-on appris de source judiciaire. Sur une vidéo de 20 secondes, on voit un jeune homme Noir vivant allongé dans un cercueil, qui est posé à même un sol poussiéreux et rocailleux. Un homme Blanc tente alors de refermer le cercueil, tandis que la victime gémit et essaie coûte que coûte de l'en empêcher.

«Tu veux parler ? Allez, allez. On va jeter de l'essence», menace l'un des hommes Blancs en afrikaans, la langue natale de nombreux fermiers sud-africains Blancs. La vidéo, qui n'est pas datée, a été diffusée sur les médias sociaux. Les deux hommes poursuivis sont également accusés d'avoir voulu introduire un serpent dans le cercueil.

«Une humiliation pour tout le peuple noir»

Le parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF) s'est emparé de l'affaire. Il organise un rassemblement mercredi devant le tribunal de Middelburg pour protester contre le racisme en Afrique du Sud. «Les deux hommes Blancs (...) ont frappé un type Noir, Victor Rethabile Mlotshwa, et l'ont mis dans un cercueil», selon un communiqué de l'EFF.

«Ces racistes Blancs ont ensuite filmé une vidéo et l'ont mise sur les médias sociaux pour s'amuser (...). Cette humiliation n'est basée sur rien d'autre que sur la couleur de peau. C'est une humiliation pour tout le peuple noir», a estimé l'EFF.

Vingt-deux ans après la fin officielle du régime raciste de l'apartheid et l'élection de son premier président noir, Nelson Mandela, l'Afrique du Sud se débat toujours avec les démons du passé. Les relations entre la majorité noire et les Blancs restent extrêmement compliquées et les controverses raciales - largement exploitées par la classe politique - fréquentes. (afp/nxp)

Créé: 15.11.2016, 13h14

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.