Quinze enfants morts dans l'incendie d'un orphelinat

Haïti Un sinistre meurtrier s'est déclaré jeudi dans un établissement insalubre de l'agglomération de Port-au-Prince, qui abritait une soixantaine d'orphelins.

L'orphelinat de Kenscoff n'avait plus l'autorisation légale d'opérer depuis 2013.

L'orphelinat de Kenscoff n'avait plus l'autorisation légale d'opérer depuis 2013. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'incendie d'un orphelinat en Haïti a provoqué la mort de 15 enfants, a indiqué vendredi à l'AFP la juge de la commune de Kenscoff, Raymonde Jean Antoine. L'établissement abritait environ 66 enfants, selon elle.

Deux enfants sont morts dans l'orphelinat et 13 d'asphyxie à l'hôpital de Fermathe, a indiqué la magistrate. L'incendie s'est déclenché peu après 21h00 heure locale jeudi (03h00 en Suisse vendredi).

«D'après les déclarations d'un des enfants, l'origine du feu viendrait de bougies qu'ils avaient allumées pour éclairer leurs chambres car le système électrique» avait «un problème», a indiqué la juge Raymonde Jean Antoine. Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause du désastre et identifier les personnes responsables de l'établissement.

«Comme des animaux»

Vendredi matin, la magistrate a procédé dans le bâtiment au constat du décès des deux victimes aux âges indéterminés, tout en recensant les dégâts causés par l'incendie en parcourant l'ensemble des pièces. L'orphelinat n'avait selon elle plus l'autorisation légale d'opérer depuis 2013.

Il était situé dans un bâtiment insalubre de deux étages, avec des lits superposés -certains en état déplorable- entassés dans de petites chambres, avec un escalier exigu et seulement une porte de sortie ouverte, a constaté l'AFP. «Les conditions dans lesquelles vivaient les enfants sont vraiment, vraiment négligées : nous voyons que les enfants vivaient comme des animaux», a déploré la juge Jean Antoine, ajoutant n'avoir «pas constaté la présence d'extincteurs».

L'orphelinat de l'Eglise de compréhension de la Bible, situé à Kenscoff, commune sur les hauteurs de l'agglomération de Port-au-Prince abritait environ 66 enfants, selon Raymonde Jean Antoine. Seuls trois adultes étaient présents sur les lieux au moment du drame.

Début 2019, l'administration avait constaté que seuls 35 des 756 centres d'hébergements de mineurs recensés à travers le pays disposaient de l'autorisation de fonctionnement. (ats/nxp)

Créé: 14.02.2020, 19h42

Dossiers

Articles en relation

Haïti n'a plus de parlement opérationnel

Caraïbes Le mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret. Plus...

Dix ans après le séisme, Haïti encore en ruine

Tremblement de terre Un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a frappé Haïti le 12 janvier 2010. La capitale Port-au-Prince n’est toujours pas reconstruite. Les bidonvilles se sont agrandis. Plus...

Un couple de Français tué en Haïti

Port-au-Prince Un homme et une femme, qui venaient d'arriver à Port-au-Prince pour adopter un enfant, ont été agressés mortellement dans la rue dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...