Passer au contenu principal

Procès Pastor«J'ai perdu ma mère et l'homme de ma vie»

La fille de la milliardaire monégasque Hélène Pastor, tuée en 2014 à Nice, témoigne ce vendredi dans le cadre d'un procès à Aix-en-Provence.

Sylvia Ratkowski, à son arrivée lundi au tribunal à Aix-en-Provence.
Sylvia Ratkowski, à son arrivée lundi au tribunal à Aix-en-Provence.
AFP

«J'ai perdu ma mère et j'ai perdu l'homme de ma vie», a témoigné en larmes vendredi devant la cour d'assises Sylvia Ratkowski, la fille de la milliardaire monégasque Hélène Pastor, tuée en 2014 avec son chauffeur, un double assassinat dont son compagnon est accusé d'être le commanditaire.

Dix personnes comparaissent depuis lundi à Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France, pour le double meurtre, le 6 mai 2014, d'Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich, tombés dans un guet-apens devant un hôpital de Nice, sur la Riviera française, commandité, selon l'accusation, par Wojciech Janowski.

Les aveux de son compagnon

La fille d'Hélène Pastor, très émue tout au long de sa déposition qui a duré plus d'une heure, est revenue sur les aveux de son compagnon à l'issue de sa garde à vue, plus d'un mois après les faits. «Il m'a dit que c'était lui le commanditaire», a raconté Sylvia Ratkowski, dans un ensemble pied-de-poule, les cheveux courts coiffés en arrière.

«Je comprends pas, ça fait 28 ans qu'on vit ensemble, vraiment je comprends pas, j'ai une rage terrible». «Je suis anéantie, c'est tout un monde qui s'écroule, 28 ans de vie commune, j'ai plus ma mère, j'ai plus rien», a poursuivi la quinquagénaire, qui a dit attendre de ce procès «la vérité».

Wojciech Janowski nie les faits

Hélène Pastor était «une femme qui a dû, de maman, devenir chef d'entreprise avec énormément de responsabilités», «une maman méditerranéenne, une femme seule qui n'a que ses enfants», a décrit sa fille qui travaillait avec elle, comme Gildo, son demi-frère.

Mme Ratkowski est aussi longuement revenue sur la gestion de ses finances et des dons qu'elle faisait régulièrement à son compagnon. Elle a avoué «ne pas s'occuper de sa raffinerie», ni de l'achat d'un bateau, ni de celui d'une maison à Londres, mais de s'être contentée de «faire des chèques».

Selon l'accusation, Wojciech Janowski, qui nie aujourd'hui les faits qui lui sont reprochés après de premiers aveux, aurait commandité le meurtre de sa belle-mère dans l'espoir de détourner à son profit la part d'héritage qu'aurait touchée Sylvia Ratkowski, de la même manière qu'il avait détourné pour lui ou ses sociétés l'essentiel des 500.000 euros que versait Hélène pastor à sa fille chaque mois.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.