Passer au contenu principal

Etats-UnisLe gangster incarné par Johnny Depp battu à mort

L'ex-parrain de la pègre de Boston, James «Whitey» Bulger, a été assassiné par un co-détenu. Au cinéma, il a été incarné par Jack Nicholson et Johnny Depp.

James «Whitey» Bulger, a été   assassiné par un co-détenu dans sa cellule de la prison fédérale de haute sécurité de Hazelton.   (Mardi 31 octobre 2018)
James «Whitey» Bulger, a été assassiné par un co-détenu dans sa cellule de la prison fédérale de haute sécurité de Hazelton. (Mardi 31 octobre 2018)
AFP
Un avis de recherche danté de mars 1953 . Parrain tout-puissant de Boston entre les années 1970 et 1990, Bulger avait été arrêté à Los Angeles en 2011 après seize ans de cavale.
Un avis de recherche danté de mars 1953 . Parrain tout-puissant de Boston entre les années 1970 et 1990, Bulger avait été arrêté à Los Angeles en 2011 après seize ans de cavale.
Keystone
AFP
1 / 9

Sa cruauté avait inspiré de nombreux films: l'ex-parrain de la mafia de Boston, James «Whitey» Bulger, a été retrouvé mort mardi dans une prison de Virginie-Occidentale, assassiné par un co-détenu selon plusieurs médias américains.

Les autorités fédérales ont confirmé que Bulger était mort dans sa cellule de la prison fédérale de haute sécurité de Hazelton, située à Bruceton Mills, à 300 km à l'ouest de Washington, où il avait été transféré la veille.

James Bulger, 89 ans, a été «retrouvé inanimé dans sa cellule vers 08H20» (12H20 GMT), et les efforts pour le ranimer ont été vains, a précisé le Bureau fédéral des prisons dans un communiqué. Le FBI a ouvert une enquête, a-t-il ajouté, sans donner d'indication sur les causes de la mort.

Bande annonce du film Strictly Criminal

Selon plusieurs médias américains, le célèbre gangster, qui fut aussi informateur du FBI, a été tué par un co-détenu lui aussi lié à la mafia. Il aurait été battu au point d'être méconnaissable, selon le New York Times.

Arrêté grâce à «Miss Islande»

Parrain tout-puissant de Boston entre les années 1970 et 1990, avec la complicité d'autorités corrompues, Bulger avait été arrêté à Los Angeles en 2011 après seize ans de cavale.

Il avait été retrouvé résidant avec sa petite amie de longue date, Catherine Greig, dans un appartement à quelques pas de la plage de Santa Monica, grâce aux informations fournies par une reine de beauté islandaise, Miss Islande 1974, qui avait vécu un temps non loin de leur appartement. Elle avait touché deux millions de dollars de récompense pour sa capture du FBI, dont Bulger était devenu l'ennemi n°1 depuis la mort de Ben Laden.

Bulger et Greig vivaient sous les faux noms de Charles et Carol Gasko. La police avait retrouvé dans leur appartement quelque 800'000 dollars en cash et des armes à feu.

Bande annonce du film «Les Infiltrés»

Jugé à l'été 2013, lors d'un procès à Boston où avaient déposé quelque 72 témoins, il avait été reconnu coupable de onze meurtres et condamné à la réclusion à perpétuité. Il avait refusé de témoigner, assurant que la police fédérale lui avait promis l'immunité.

Personnage complexe, à la fois gangster et informateur du FBI, cruel et charismatique, Bulger a fait l'objet de dizaines de livres, et inspiré le personnage incarné par Jack Nicholson dans le film «Les Infiltrés» de Martin Scorsese (2006), comme celui joué par Johnny Depp dans le polar «Strictly criminal» (2015).

Cruauté légendaire

Américain aux racines irlandaises, Bulger régnait sur les quartiers sud de Boston à une époque où ils ne s'étaient pas encore embourgeoisés. Les environs malfamés du port fourmillaient encore de bars aux personnages louches. Il avait été surnommé «Whitey» pour ses cheveux blonds, mais détestait ce prénom et se faisait appeler Jimmy.

A l'époque, la police fédérale peinait tellement face à la mafia qu'elle aidait Bulger à tuer ses rivaux, lui permettant ainsi d'assurer sa prééminence sur la ville, soulignait le Boston Globe. C'est aussi un agent du FBI qui préviendra Bulger en 1995 de son inculpation imminente, lui permettant de prendre la fuite avant l'arrivée de la police.

A coups de pioche

Sa cruauté et son cynisme étaient légendaires. Son procès avait révélé qu'il pouvait tuer ses ennemis à coups de pioche, leur tirer une balle entre les yeux, étrangler les femmes qui menaçaient de le trahir en arrachant leurs dents pour empêcher leur identification. Et aller faire une sieste juste après avoir assassiné froidement ses rivaux. Mais il se présentait comme le protecteur de ces quartiers, assurant les préserver notamment de la drogue, alors même que son procès avait révélé qu'il en avait inondé les quartiers sud.

Le film «Les Infiltrés», où jouaient Leonardo DiCaprio, Matt Damon notamment, présentait Bulger comme un monstre. Dans «Strictly Criminal», avec Johnny Depp, Kevin Bacon et Benedict Cumberbatch, le réalisateur Scott Cooper s'attardait sur la relation de Bulger avec un ami d'enfance devenu agent du FBI. Bulger l'avait aidé à arrêter ses rivaux italiens en échange d'un élargissement de son territoire.

Le procureur fédéral du Massachusetts, Andrew Lelling, a commenté sa mort d'un laconique communiqué. «Nous avons appris, ce matin, la mort de James Whitey Bulger. Nos pensées vont à ses victimes et à leurs familles», a-t-il indiqué.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.