Passer au contenu principal

Connu à Genève, un associé de DSK se suicide à Tel Aviv

Thierry Leyne était associé à DSK dans un fonds d'investissement créé en octobre 2013, appelé LSK (Leyne-Strauss-Kahn & Partners).

Thierry Leyne (à droite) avait souligné que «beaucoup de gens (étaient) demandeurs de l'analyse économique de DSK».
Thierry Leyne (à droite) avait souligné que «beaucoup de gens (étaient) demandeurs de l'analyse économique de DSK».
AFP - LSK Partners

L'homme d'affaires franco-israélien Thierry Leyne, associé de l'ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, s'est suicidé jeudi à Tel-Aviv, a-t-on appris auprès de ses proches. Le groupe fondé par les deux hommes était actif notamment en Suisse.

Principal partenaire de DSK dans un fonds d'investissement créé en octobre 2013 et appelé LSK (Leyne-Strauss-Kahn), Thierry Leyne, banquier privé, avait une résidence à Tel-Aviv. Les raisons de son geste n'ont pas été dévoilées.

Ingénieur diplômé du Technion de Haïfa, dans le nord d'Israël, Thierry Leyne, 48 ans, a effectué toute sa carrière dans les milieux financiers. Il était à la tête de la firme financière Assya Capital, fondée en 1994 et établie notamment à Tel Aviv, Monaco, Genève, au Luxembourg et en Roumanie.

Activités en Suisse

En 2010, il avait fusionné ce groupe prospère avec Global Equities Capital Markets, qui offre à ses clients, d'Europe de l'Est notamment, tout l'éventail de services financiers, de la banque privée au conseil en investissement en passant par la gestion de fortune. En s'associant à Dominique Strauss-Kahn en octobre 2013, il avait rebaptisé son groupe LSK and Partners.

LSK contrôle notamment la société Firstcaution, basée à Nyon (VD) et spécialisée dans la garantie de loyers sans dépôt. Assya dispose également toujours d'une antenne à Genève.

En avril, Thierry Leyne avait indiqué - au moment de la création du fonds d'investissement DSK Global Investment créé avec Dominique Strauss-Kahn - qu'il s'agissait d'«un projet très ambitieux» avec l'objectif d'atteindre une taille de deux milliards de dollars.

Thierry Leyne avait souligné que «beaucoup de gens (étaient) demandeurs de l'analyse économique de DSK», qu'il décrivait comme «capable de stratégie à long terme en identifiant de grandes tendances mais aussi de pouvoir réagir en temps réel aux événements qui peuvent survenir».

(ats / afp)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.