Viol: des avocats refusent de défendre les suspects

IndeDes avocats rattachés à un tribunal de New Delhi qui doit juger les accusés du viol collectif d'une étudiante, décédée des suites de l'agression, ont annoncé mercredi qu'ils refuseraient de défendre les six suspects.

Des personnes scandent des slogans anti-gouvernementaux après la mort d'une étudiante victime d'un viol collectif, à New Delhi, le 2 janvier 2013.

Des personnes scandent des slogans anti-gouvernementaux après la mort d'une étudiante victime d'un viol collectif, à New Delhi, le 2 janvier 2013. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La première audience du tribunal du district de Saket, situé dans le sud de la capitale fédérale, devrait s'ouvrir jeudi sur la présentation du rapport de 1'000 pages dressé par la police.

"Nous avons décidé qu'aucun avocat ne se présentera pour défendre les accusés du viol, parce que ce serait immoral de défendre l'affaire", a annoncé Sanjay Kumar, un avocat membre du Barreau du district de Saket.

Selon Sanjay Kumar, les 2.500 avocats enregistrés auprès du tribunal ont décidé de "rester à l'écart" pour assurer une "justice rapide", signifiant ainsi que les avocats des suspects devront être commis d'office. Un autre avocat rattaché à ce tribunal a confirmé le boycott.

Six personnes ont été arrêtées après la violente agression survenue dans un bus à New Delhi le 16 décembre. Cinq hommes doivent être jugés pour meurtre et viol par le tribunal de Saket.

Le ministre de l'Intérieur, Sushilkumar Shinde, a indiqué mardi que les suspects encouraient la peine de mort s'ils étaient jugés coupables.

Le sixième accusé, qui aurait 17 ans, devrait être jugé par un tribunal pour enfants mais il subissait actuellement un examen osseux pour vérifier son âge, a déclaré mercredi à l'AFP un porte-parole de la salle de commandement de la police de Delhi.

Violée à plusieurs reprises, agressée sexuellement avec une barre de fer rouillée, l'étudiante de 23 ans a ensuite été jetée hors du véhicule avec son compagnon.

Elle est décédée samedi à l'hôpital de Singapour où elle avait été transférée dans un état critique après trois interventions chirurgicales. Elle présentait notamment d'importantes lésions à l'intestin et au cerveau et avait fait un arrêt cardiaque en Inde. La nature particulièrement violente de cette attaque a fait exploser la colère jusque-là contenue en Inde contre les agressions et viols commis en toute impunité dans ce pays. En 2008, des avocats avaient également refusé de défendre le seul membre survivant du commando islamiste responsable des attentats de Mumbai, qui avaient fait 166 morts. (afp/nxp)

Créé: 02.01.2013, 16h38

Articles en relation

La victime d'un viol collectif est décédée

Inde L'étudiante de 23 ans, dont le viol collectif à New Delhi a indigné le pays, est décédée samedi des suites de ses blessures, a annoncé l'hôpital de Singapour où elle était soignée. Plus...

Etudiante violée: l'ONU demande un débat

INDE La haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a demandé lundi à l'Inde un «débat d'urgence» suite au décès d'une étudiante victime d'un viol collectif. Plus...

Viol collectif: une bombe trouvée près d'un suspect

INDE La police indienne a arrêté mardi à New Delhi un homme qui tentait de cacher une bombe près du domicile de l'un des auteurs présumés du viol collectif perpétré dans la capitale indienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...