Le forcené retranché à Versailles placé en psychiatrie

ViolenceLe quinquagénaire qui s'était retranché mercredi matin dans un bâtiment municipal de Versailles et qui avait déclaré être en possession d'un engin explosif avant de finalement se rendre, a été placé en hôpital psychiatrique.

Les hommes du Raid ont réussi à obtenir la reddition du forcené.

Les hommes du Raid ont réussi à obtenir la reddition du forcené. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son état de santé mental n'était pas compatible avec sa garde à vue, a précisé le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous.

Armé d'un couteau et en possession d'une grenade factice, le quinquagénaire avait fait irruption vers 9H00 au centre communal d'action sociale (CCAS) de Versailles, puis s'était retranché dans un bureau.

Les revendications de cet agent communal demeuraient toujours floues mercredi en fin de journée. «C'est quelqu'un qui est connu pour avoir des problèmes psychologiques», a indiqué la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, lors d'un déplacement dans l'après-midi au cours duquel elle a rencontré les employés du CCAS.

Le CCAS, ainsi que les bâtiments à proximité, dont une crèche comptant près de vingt enfants, avaient été évacués. Le Raid avait été dépêché sur les lieux. Une cellule d'écoute psychologique a été mise en place pour le personnel du CCAS. L'enquête a été confiée au commissariat de Versailles. (afp/nxp)

Créé: 17.07.2013, 20h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...