L'ex-président Zuma sera jugé pour corruption

Afrique du SudLa justice sud-africaine a ordonné le jugement de l'ancien président dans le cadre d'une vieille affaire d'armement.

Jacob Zuma sera jugé pour corruption dans une affaire impliquant le groupe français Thales.

Jacob Zuma sera jugé pour corruption dans une affaire impliquant le groupe français Thales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma, contraint de démissionner en 2018 à la suite de scandales, sera jugé pour la première fois pour corruption, après le refus vendredi de la justice sud-africaine d'abandonner les poursuites le visant dans une vieille affaire d'armement impliquant le groupe français Thales.

Jacob Zuma, au pouvoir de 2009 à 2018, est soupçonné d'avoir touché 4 millions de rands (240.000 euros au cours actuel) de pots-de-vin du groupe de défense Thales à la faveur d'un contrat d'armement de près de 4 milliards d'euros conclu en 1999.

Au début de cette année, l'ancien président avait demandé l'abandon des poursuites pour corruption, blanchiment d'argent et racket dans ce dossier, s'estimant victime d'une «chasse aux sorcières». Vendredi, la justice lui a donné tort.

«La demande (...) d'abandonner les poursuites a été rejetée», a déclaré le juge Bhekisisa Mnguni de la Haute Cour de Pietermaritzburg (est). «Il s'agit d'une décision unanime», a-t-il précisé.

L'ex-dirigeant, présent au tribunal vendredi, peut cependant encore faire appel de cette décision. La Haute Cour de Pietermaritzburg a donné raison au parquet qui avait avancé que les arguments de Jacob Zuma étaient «scandaleux» et «problématiques».

Le ministère public a salué cette décision, ajoutant que «l'affaire serait entendue la semaine prochaine par la Haute Cour de Pietermaritzburg, du 15 au 18 octobre».

Il s'agira, s'il a lieu, du premier procès pour corruption de Jacob Zuma, empêtré dans une série de scandales qui ont provoqué sa chute en février 2018. Lâché par son parti, le Congrès national africain (ANC) de feu Nelson Mandela, il avait été contraint de démissionner.

«Décision unanime»

Il a été remplacé par le nouveau patron de l'ANC, Cyril Ramaphosa, qui a promis de nettoyer son parti et le pays de la corruption.

Mais le début du procès pourrait être retardé compte tenu des possibilités d'appel. «Ca va encore traîner en longueur», a prévenu un analyste politique, Xolani Dube.

Cette affaire a déjà connu de multiples rebondissements judiciaires. Les accusations lancées contre Jacob Zuma ont été suspendues puis rétablies à plusieurs reprises, au gré des recours et de décisions controversées du parquet général.

L'ancien président, qui se dit ruiné par ses frais judiciaires, n'a pas immédiatement réagi vendredi à la décision du tribunal, qui a aussi rejeté la demande de Thales d'annuler les poursuites visant le groupe français.

Dans un communiqué, Thales indique qu'il a pris «note de la décision de la Haute Cour et étudie actuellement le jugement avec son équipe juridique pour voir les options juridiques possibles».

Selon l'accusation, Jacob Zuma a été rémgunéré pour éviter à Thales des poursuites pour corruption, via son ami et conseiller financier Schabir Shaik, condamné pour sa participation à cette affaire à quinze ans de prison dès 2005.

«Un grave bourbier»

A l'époque des faits, Jacob Zuma était ministre de sa province du KwaZulu-Natal (nord-est), avant de devenir vice-président de l'ANC au pouvoir, puis du pays (1999-2005). «Avec cette affaire de contrat d'armement, l'ANC est dans un grave bourbier», a estimé vendredi Xolani Dube.

Le dossier remonte à une vingtaine d'années, mais l'ancien président Zuma est également soupçonné de corruption dans d'autres affaires beaucoup plus récentes, du temps de sa présidence.

Il doit de nouveau être prochainement entendu par une commission anticorruption, censée faire la lumière sur les multiples accusations de corruption au sommet de l'Etat pendant son règne.

Jeudi, les Etats-Unis ont annoncé avoir placé sur la liste noire des sanctions trois amis de l'ancien président, les frères Gupta, membres d'une puissante et sulfureuse fratrie d'hommes d'affaires au coeur de ces scandales. (afp/nxp)

Créé: 11.10.2019, 10h13

Articles en relation

Nouveau scandale de corruption pour Zuma

Afrique du Sud Actuellement poursuivi pour corruption dans une rocambolesque affaire de ventes d'armes, l'ex-dirigeant sud-africain est accusé d'avoir accepté des paiements illicites. Plus...

Le fils de l'ex-président dément toute corruption

Afrique du Sud Duduzane Zuma, le fils de l'ex-président Jacob Zuma, a démenti lundi devant une commission d'enquête les accusations de corruption qui pèsent sur lui. Plus...

Zuma ne veut plus coopérer à l'enquête

Afrique du Sud L'ancien président sud-africain, soupçonné de corruption pendant son mandat, a décidé ne plus vouloir collaborer dans l'enquête. Il dénonce un «complot». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...