Un ex-prélat critique à nouveau le pape

Abus sexuelsAu sujet des abus sexuels au sein de l'Eglise catholique, l'ex-ambassadeur du Vatican à Washington accuse le pape d'inaction.

Le pape Francois. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ex-ambassadeur du Vatican à Washington a estimé lundi que le souverain pontife continuait à ne «rien faire ou presque» en la matière. Il avait accusé le pape François d'avoir eu connaissance d'abus sexuels et d'être resté inactif.

L'archevêque conservateur italien Carlo Maria Vigano est un accusateur chronique du pape et ses allégations restent sujettes à caution.

Dans une longue interview réalisée par e-mail par le quotidien «Washington Post», ce prélat retraité, retiré dans un lieu qu'il tient secret, a répété que le pape aurait «menti» pour couvrir Theodore McCarrick, un cardinal soupçonné d'abus sexuels qui a été défroqué en février. Le pape «ment de manière flagrante au monde entier pour couvrir les actes pervers» de M. McCarrick, a écrit Mgr Vigano.

Dans ses échanges avec le quotidien de Washington, Mgr Vigano a de nouveau assuré avoir averti en 2013 le pape François que le cardinal avait «corrompu des générations de séminaristes».

Ultra-conservateurs

Le souverain pontife a indiqué ne pas se rappeler de cet échange et n'avoir «rien» su des soupçons pesant contre Mgr McCarrick. «Comment peut-on, surtout si l'on est pape, oublier ce genre de chose?», a rétorqué Mgr Vigano.

L'ancien nonce apostolique, âgé de 78 ans, a jugé qu'un important sommet de la haute hiérarchie catholique, organisé en février au Vatican et consacré aux abus sexuels du clergé, n'avait débouché sur rien de concret.

«Non seulement le pape François ne fait rien ou presque pour punir ceux qui ont commis des abus, mais il ne fait absolument rien pour dévoiler et traduire en justice ceux qui, des décennies durant, ont facilité et couvert les auteurs d'abus», a écrit le prélat. Il a réitéré son appel à ce que le pape démissionne «s'il refuse d'admettre ses erreurs et de demander pardon».

Mgr Vigano est soupçonné d'avoir mené sa charge au nom d'un groupe d'ultra-conservateurs qui reprochent au pape François certaines ouvertures notamment en direction des homosexuels ou des divorcés. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 00h48

Articles en relation

L'Eglise lance un grand appel à témoins

Abus sexuels Via la Commission Sauvé, l'Eglise catholique lance lundi un appel pour recueillir des témoignages sur les abus sexuels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.