L'existence de charniers rohingyas est confirmée

BirmanieL'armée a admis mercredi sur Facebook son implication dans le massacre de dix Rohingyas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée birmane a admis mercredi son implication dans le massacre de dix Rohingyas. Elle a également reconnu pour la première fois l'existence de charniers de membres de cette minorité musulmane dans l'Etat Rakhine (nord).

L'armée birmane a admis mercredi son implication dans le massacre de dix Rohingyas, reconnaissant également pour la première fois l'existence d'un charnier de membres de cette minorité musulmane dans l'Etat Rakhine (nord).

«Des habitants du village d'Inn Din et des membres des forces de sécurité ont reconnu avoir tué dix terroristes bengalis», a indiqué le bureau du chef de l'armée dans un post sur Facebook, rappelant des faits survenus le 2 septembre dans l'Etat Rakhine.

Nettoyage ethnique

Le message utilise un terme péjoratif pour désigner les Rohingyas, victimes d'une campagne de répression telle de la part de l'armée birmane que l'ONU a évoqué une opération de nettoyage ethnique.

Le post confirme également pour la première fois l'existence d'une charnier de victimes rohingyas dans cette région où l'armée avait lancé une campagne de répression contre la minorité musulmane.

Mauvais traitements

Dans son compte-rendu, l'armée précise que les forces de sécurité ont fait prisonniers dix Rohingyas et les ont tués, alors que des violences faisaient rage à Inn Din et dans ses environs. «La décision a été prise de les tuer dans un cimetière», précise le message posté sur Facebook.

Les violences dans l'Etat Rakhine ont débuté fin août par des attaques de postes de police par la rébellion rohingya de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), qui dénonce les mauvais traitements subis par cette minorité musulmane.

Plus 650'000 personnes sur les routes

L'opération militaire lancée ensuite par l'armée a poussé environ 655'000 Rohingyas à fuir au Bangladesh voisin depuis le mois d'août. L'ONU a évoqué des éléments de «génocide».

Les musulmans rohingyas représentent la plus grande population apatride du monde depuis que la nationalité birmane leur a été retirée en 1982, sous le régime militaire. Victimes de discriminations, ils n'ont pas de papiers d'identité, ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation. Et ils n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et hôpitaux. (ats/nxp)

Créé: 10.01.2018, 16h39

Articles en relation

Rohingyas: embuscade contre l'armée birmane

Birmanie La rébellion rohingya a revendiqué dimanche une embuscade contre l'armée birmane dans l'Etat de Rakhine. Plus...

Aung San Suu Kyi brille par son absence

Birmanie La dirigeante birmane, fille du père de l'Indépendance, n'a pas participé à la célébration du 70e anniversaire de l'Indépendance de son pays. Plus...

Rohingyas: résolution de l'ONU adoptée

Birmanie L'ONU a exhorté dimanche la Birmanie à mettre fin à son opération militaire contre la minorité musulmane persécutée. Plus...

Enfants rohingyas atteints de malnutrition aiguë

Birmanie Selon une enquête de l'UNICEF, les enfants rohingyas réfugiés au Bangladesh sont exposés à de nombreuses maladies. Plus...

«Le massacre des Rohingyas a été planifié par l’armée»

Birmanie Un rapport de Human Rights Watch publié mardi accuse les militaires birmans de crimes contre l’humanité et exige des sanctions Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.