Passer au contenu principal

Un ex-infirmier d'Auschwitz de 95 ans jugé

Hubert Zafke, en poste lorsqu'est arrivé le convoi d'Anne Frank, sera jugé à partir du 29 février en Allemagne.

L'entrée du camp de concentration.
L'entrée du camp de concentration.

L'ex-infirmier répondra devant le tribunal de Neubrandenbourg (nord-est) de «complicité» dans l'extermination d'au moins 3681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et le 14 septembre 1944.

Le tribunal avait refusé en juin 2015 d'ouvrir son procès, invoquant sa santé déclinante. Mais cette décision a été invalidée en appel en décembre, au motif que l'ancien SS, malgré ses «troubles cognitifs» et ses «faibles capacités physiques», n'est pas «totalement inapte» à être jugé.

Au-delà des quelques dates prévues en mars, le calendrier d'audience reste flou et suspendu à l'état de santé de l'accusé, a néanmoins averti lundi un porte-parole du tribunal auprès de l'agence allemande DPA.

Quatorze convois

L'accusation contre Hubert Zafke couvre 14 convois de déportés arrivés à Auschwitz entre le 15 août et le 14 septembre 1944, venus de Lyon, Rhodes, Trieste, Mauthausen, Vienne et Westerbork.

Dans ce dernier train, ultime convoi parti du camp de transit néerlandais, se trouvaient Anne Frank, ses parents Otto et Edith et sa soeur aînée Margot.

La famille de l'adolescente recluse deux ans à Amsterdam pour échapper aux nazis, dont le journal intime est devenu mondialement célèbre, a survécu à la «sélection» entre les déportés jugés aptes au travail et ceux qui étaient immédiatement gazés.

Mais Edith est morte d'épuisement en janvier 1945 à l'infirmerie d'Auschwitz et ses deux filles, transférées à l'automne 1944 à Bergen-Belsen, y ont succombé début 1945 avant l'arrivée des troupes britanniques.

Encore une douzaine de procédures

Une douzaine de procédures sont encore en cours en Allemagne contre d'anciens SS, quelques mois après la condamnation à quatre ans de prison d'Oskar Gröning, ex-comptable d'Auschwitz.

Parmi les plus avancées figure celle contre Reinhold Hanning, 93 ans, ancien garde d'Auschwitz qui comparaît à partir du 11 février à Detmold (ouest), en présence des parties civiles venues des Etats-Unis, de Hongrie et d'Israël.

Ces procès tardifs illustrent la volonté allemande de juger «jusqu'au dernier» les criminels du IIIe Reich, après des décennies d'un bilan judiciaire très décrié, marqué par de rares et faibles condamnations.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.