Passer au contenu principal

BolivieEvo Morales se présentera bien au Sénat

Exilé en Argentine, l'ancien président de la Bolivie, sera malgré tout candidat aux élections législatives du 3 mai.

L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)
L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
AFP
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
1 / 57

L'ancien président bolivien Evo Morales, en exil en Argentine après sa démission en novembre, a officialisé lundi sa candidature au Sénat en mai, à défaut de pouvoir briguer une quatrième fois la présidence du pays.

D'après les informations publiées sur le site du tribunal suprême électoral, M. Morales figure en tête de liste du Mouvement vers le socialisme (MAS) --comprenant huit candidats au Sénat (quatre titulaires et quatre suppléants)-- pour la région de Cochabamba, dans le sud du pays. Il avait déjà fait part de son intérêt pour un siège de sénateur lors des élections législatives du 3 mai. Mais il ne pouvait en revanche pas être candidat au scrutin présidentiel prévu le même jour.

Jeanine Añez, présidente par intérim de la Bolivie, a en effet promulgué le 24 novembre une loi convoquant de nouvelles élections présidentielle et législatives qui interdit à toute personne ayant exercé deux mandats électifs de suite de se présenter à un troisième. Ce qui a fermé la porte à une nouvelle candidature d'Evo Morales, 60 ans, qui a déjà exercé trois mandats.

Poursuivi en Bolivie pour «sédition et terrorisme»

Evo Morales s'était proclamé vainqueur du scrutin du 20 octobre, mais l'opposition avait crié à la fraude. Après plusieurs semaines de manifestations et son lâchage par la police et par l'armée, le président a annoncé sa démission le 10 novembre et les élections ont été annulées. Poursuivi dans son pays pour «sédition et terrorisme», il a fui vers le Mexique, avant de trouver refuge en Argentine.

Il avait indiqué un peu plus tôt lundi que son avocat et ancien ministre de l'Intérieur Wilfredo Chavez était allé se «mettre en sécurité» à l'ambassade d'Argentine à La Paz. «Il nous a informé que la dictature souhaitait l'arrêter et perquisitionner ses bureaux», avait tweeté Evo Morales. Wilfredo Chavez avait précisé que le gouvernement voulait le placer en détention pour l'empêcher de formaliser une candidature d'Evo Morales.

Les partis et alliances avaient jusqu'à lundi pour enregistrer leurs candidatures aux élections présidentielle et législatives (36 sénateurs, 120 députés) prévues le 3 mai. Un éventuel second tour est fixé au 14 juin.

Campagne lancée

«Huit alliances et organisations se sont inscrites pour la compétition» présidentielle, a indiqué Salvador Romero, porte-parole du tribunal électoral, lors d'une conférence de presse à la clôture des inscriptions qui a donné le coup d'envoi de la campagne. Le tribunal électoral doit désormais examiner si les candidatures remplissent les conditions légales.

«Une étape décisive du processus électoral et de la consolidation de la paix commence en Bolivie» avec le lancement de la campagne, a salué Jean Arnault, envoyé spécial de l'ONU pour la Bolivie, dans un communiqué. C'est l'ancien ministre de l'Economie et dauphin d'Evo Morales, Luis Arce, qui a été désigné par le MAS pour tenter de reprendre le pouvoir au gouvernement par intérim de droite.

Face à lui, une droite émiettée faute d'avoir pu à ce stade se mettre d'accord pour faire front commun afin d'empêcher un retour de la gauche au pouvoir. Cinq candidats et plusieurs responsables de la droite et du centre, dont Jeanine Añez et les ex-présidents Carlos Mesa et Jorge Quiroga, ont tenté samedi de trouver un terrain d'entente lors d'une réunion à La Paz. Mais six heures de palabres ne sont pas venues à bout de leurs divergences.

Luis Arce en tête des sondages

Les participants ont prévu de se retrouver le 3 avril, exactement un mois avant les élections, pour faire le point sur la situation et tenter à nouveau de se mettre d'accord. Romulo Calvo, président du puissant Comité civique pro-Santa Cruz (CCPSC) qui avait organisé cette réunion, a indiqué lors d'une conférence de presse que les cinq candidats s'étaient engagés à «assurer que la tyrannie (d'Evo Morales) ne revienne pas gouverner la Bolivie».

Pour l'heure, c'est Luis Arce qui caracole en tête des sondages. Une enquête d'opinion de l'institut Mercados y Muestras réalisée la semaine dernière a attribué 26% des intentions de vote à Luis Arce, suivi par l'ex-président centriste Carlos Mesa et par le dirigeant régional de droite Luis Fernando Camacho (17%), fer de lance du mouvement de protestation qui a provoqué la chute d'Evo Morales. La présidente par intérim, dont la candidature a été vivement critiquée lors de la réunion de samedi, recueille 12%.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.