Les derniers migrants mineurs ont quitté Calais

FranceDes dizaines de cars ont acheminé les derniers jeunes de la «jungle» vers leur nouvelle destination.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux jours après le démantèlement total de la «Jungle», le gouvernement français a mené dans le calme mercredi l'évacuation de l'ensemble des 1616 mineurs isolés encore présents vers des centres d'accueil dédiés disséminés en France, avant le départ jeudi des femmes et de leurs enfants.

Peu avant 16h mercredi, les derniers de ces migrants mineurs logés dans les conteneurs du Centre d'accueil provisoire (CAP) après l'évacuation de la «Jungle» ont quitté Calais. Au total, 38 bus ont pris la route de l'un des 60 centres d'accueil et d'orientation pour mineurs (CAOMIS), pour des destinations aussi diverses que les Pyrénées-Orientales, l'Allier ou encore la Savoie.

L'Etat a mené l'opération débutée vers 8h30 en une seule journée, une semaine et demie après le début de l'évacuation du plus grand bidonville de France.

Ambiance sereine

Les mineurs sauront individuellement dans les prochaines semaines si leur dossier de transfert vers le Royaume-Uni a été accepté par les autorités britanniques.

Ces dernières semaines, 300 mineurs environ avaient pu quitter Calais pour la Grande-Bretagne avec l'accord de fonctionnaires du ministère britannique de l'Intérieur présents au CAP.

Les départs massifs de mercredi, avec deux représentants britanniques dans chaque car, se sont déroulés dans une ambiance sereine.

Quelques jeunes se disaient cependant sceptiques. «On ne peut pas dire que je suis vraiment content, parce que je ne sais pas où je vais. Grande-Bretagne? Canada? France? Mais je suis quand même content de quitter la +Jungle+», a ainsi déclaré Ahmed, un Soudanais de 17 ans.

Reste désormais, à partir de jeudi selon la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio, à évacuer les 360 à 400 femmes et leurs enfants hébergés au centre d'accueil Jules Ferry, un ancien centre aéré jouxtant l'ex-«Jungle». Le secteur sera alors totalement désert, alors que s'y entassaient encore mi-octobre 6400 à 8100 personnes selon les comptages. D'après les chiffres fournis par le gouvernement, 6000 personnes ont été depuis «mises à l'abri», soit une majorité dans divers CAO répartis partout en France, et ces 1600 mineurs du CAP.

«Une plaie»

Les demandeurs d'asile de la «Jungle» de Calais «demain seront Français», a affirmé mercredi le Premier ministre Manuel Valls, en clôturant une cérémonie de remise de prix de la laïcité à la mairie de Paris.

Il s'est dit «très fier» de l'évacuation du bidonville de réfugiés qui était «une plaie» selon lui, «une image de la France que je ne veux pas voir: des hommes, des femmes et des enfants vivant dans des conditions indignes».

Pour les pouvoirs publics, vider rapidement le CAP relevait d'un enjeu à la fois symbolique, en parachevant le démantèlement promis de ce vaste bidonville, et pratique, en supprimant un lieu vu comme un point de fixation des migrants, déjà attirés par la proximité de Calais avec les côtes britanniques.

«Il n'y aura pas de réinstallation sur la lande (...) Plus personne ne pourra la rejoindre», avait martelé François Hollande mardi.

Les dossiers des mineurs, souhaitant ou non rejoindre la Grande-Bretagne, seront désormais étudiés dans les CAOMIS, avec un concours des Britanniques qui les instruiront dans des délais très courts - un maximum de trois semaines, selon Mme Buccio - et transfèreront les heureux élus dans la foulée. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2016, 09h45

Articles en relation

Les mineurs de Calais évacués mercredi

France Les migrants mineurs isolés hébergés dans un centre d'accueil provisoire après le démantèlement de la «jungle» vont être évacués vers d'autres centres français. Plus...

Des migrants errent toujours à Calais

France La destruction de la «Jungle» de Calais a été entamée jeudi, mais certains migrants ne sont toujours pas partis. Plus...

Les travaux de déblaiement ont débuté

Calais Après trois jours d'évacuation des migrants, les abris et tentes du camps commencent à être détruits. Plus...

Entre Gilles et Ahmed, l’amitié née dans la jungle

Calais Gilles le bénévole donne des cours de français dans une école de fortune. Il y a rencontré Ahmed, un jeune qui a fui la guerre au Darfour Plus...

Les derniers abris de la «jungle» détruits

France L'épilogue du démantèlement de la «jungle» à Calais s'est déroulé sans heurt majeur depuis une semaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...