Pourquoi certains gays soutiennent Trump

#EuropeGoesUSLe candidat républicain peut compter sur le soutien d’une partie de la communauté LGBT.

Lucian Wintrinch, un photographe gay qui soutient Donald Trump.

Lucian Wintrinch, un photographe gay qui soutient Donald Trump. Image: Tom Jenné

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’image a de quoi surprendre pour un candidat républicain à la Maison Blanche. Dimanche, lors d’un évènement de campagne dans le Colorado, Donald Trump a pris sur scène un drapeau arc-en-ciel pour marquer son soutien aux LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Depuis que le milliardaire s’est lancé dans la course à l’investiture républicaine, plusieurs médias américains l’ont présenté comme le candidat le plus «gay-friendly» de l’histoire du parti.

Si les LGBT voteront majoritairement pour Hillary Clinton mardi prochain (environ 70% pour Clinton et 20% pour Trump selon différents sondages), Fran Moran, professeur de sciences politiques à l’Université du New Jersey, explique que la communauté LGBT ne vote pas en tant que bloc, mais que pour un certain nombre de ses membres «ce sont des questions spécifiques qui définissent le vote ». Une analyse corroborée par l’exemple d’Alex, un jeune gay rencontré dans les rues de New York: «Il va aider l’économie, c’est le plus important», nous dit-il.

Lucian Wintrinch, un photographe new-yorkais gay, va dans le même sens. «Trump est le candidat qui pourra corriger les trop nombreuses interférences dans le marché. Bill Clinton a mis en place beaucoup trop de régulations, G.W Bush a poursuivi le mouvement et Obama a encore fait bien pire. Si Hillary est élue, elle continuera dans la même dynamique. Trump possède le plus de potentiel pour arrêter l’expansion du gouvernement dans la vie des gens», explique l’homme de 28 ans.

Mais pourquoi soutenir un candidat qui a critiqué la décision de la Cour suprême d’autoriser le mariage gay sur tout le territoire? «Il a simplement dit que la décision devait revenir aux Etats. Il faut arrêter de croire que le gouvernement fédéral doit choisir les politiques qui vont aider les gens. C’est n’importe quoi», répond Lucian. Ce libertarien critique d’ailleurs la task force mise en place pour aider à améliorer les droits des transgenres aux Etats-Unis. «Vous croyez vraiment que ça va aider quelqu’un que des dizaines de bureaucrates de Washington bien payés, souvent vieux et blancs, discutent pendant des heures et fassent des rapports sur ce qui serait bien pour les transgenres?»

Ne se sentant pas discriminé en tant que gay, il considère aussi qu’il ne faut pas de politique spécifique pour faciliter l’intégration. Une analyse qu’il juge lui-même biaisée. «Je parle uniquement pour moi, pas pour les autres. Je vis à New York et je sais que c’est une bulle.» Une bulle, où selon lui il ne fait pas bon être supporter de Trump. «J’ai reçu des menaces, notamment dans la communauté gay où on m’a dit que je ne serais plus le bienvenu dans de nombreuses boites de nuit.»

Il reste néanmoins quelques cailloux dans la chaussure de Trump et de ses supporters gays. A commencer par le candidat vice-président Mike Pence qui a multiplié les prises de position anti-gay ces dernières années. Sans compter les dérapages homophobes des soutiens de Trump tout au long de la campagne…

Créé: 04.11.2016, 11h53

Vidéo: ce que disent les Américains

Tous les articles

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...