Washington et l'Otan n'ont pas les preuves du retrait russe

UkraineComme la Maison-Blanche l'a relevé un peu plus tôt dans la journée, le secrétaire général de l'Otan a indiqué mercredi soir à Varsovie ne pas être en mesure de confirmer le retrait des troupes russes en Ukraine.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En ce qui concerne les déclarations du président russe sur le retrait de ses troupes, je ne suis pas en mesure de confirmer cette information», a indiqué le sécrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, lors d'un point de presse commun avec les ministres polonais des Affaires étrangères et de la Défense.

>>>>>> Retrouvez ici notre couverture en direct des principaux événements du mercredi 7 mai

«Nous n'avons remarqué aucun signe que la Russie retirait ses troupes et c'est pour cela que nous continuons de demander instamment à la Russie de retirer ses troupes», a-t-il ajouté.

Plutôt dans la journée, un responsable militaire de l'Otan a indiqué n'avoir pas «d'indication concernant un changement de position des forces militaires à proximité de la frontière ukrainienne».

Et à Washington, la Maison-Blanche a aussi déclaré ne pas disposer pour le moment de preuves d'un retrait des troupes russes qui étaient déployées à la frontière ukrainienne.

40'000 hommes

Le président russe a déclaré mercredi que la Russie avait retiré ses troupes de la frontière, où l'Otan avait estimé fin avril que se trouvaient jusqu'à 40'000 hommes. «On nous a dit tout le temps que nos troupes à la frontière ukrainienne inquiètent: nous les avons retirées, elles ne sont plus aujourd'hui à la frontière ukrainienne mais là où elles mènent leurs exercices habituels», a déclaré Vladimir Poutine à l'issue d'une rencontre à Moscou avec le président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Didier Burkhalter.

Le secrétaire général de l'Otan a par ailleurs affirmé mercredi que l'alliance «n'hésitera pas à prendre si nécessaire des mesures supplémentaires» pour renforcer les défenses sur sa frange orientale. «Ces mesures pourraient comprendre des exercices renforcés, les plans de défense révisés et un déploiement approprié», a-t-il dit.

Le général Philip Breedlove, commandant des forces de l'Otan en Europe, a estimé mardi que la crise en Ukraine et les tensions avec Moscou pourraient conduire l'Otan à envisager une présence militaire permanente dans les pays membres en Europe de l'Est. (afp/nxp)

Créé: 07.05.2014, 23h00

Articles en relation

Poutine en Crimée pour des célébrations à Sébastopol

Ukraine Après avoir assisté vendredi matin au défilé à Moscou, le président russe s'est rendu en Crimée pour participer aux célébrations de la victoire sur les nazis organisées à Sébastopol, base historique de la Flotte russe de la mer Noire. Plus...

Vladimir Poutine a reçu Didier Burkhalter

Crise ukrainienne Le président russe Vladimir Poutine reçevait mercredi matin Didier Burkhalter, président en exercice de l'OSCE, qui a appelé à un «cessez-le-feu» dans l'est de l'Ukraine. Plus...

Burkhalter va rencontrer Poutine à Moscou

Crise en Ukraine Le président de la Confédération se rend mercredi à Moscou pour discuter de la crise ukrainienne avec le président russe Vladimir Poutine. Plus...

La première banque du pays ferme à Donetsk

Ukraine La Privatbank, principale banque ukrainienne, a annoncé la fermeture temporaire de ses succursales à Donetsk et Louhansk. Plus...

Burkhalter ira voir Poutine mercredi

Ukraine Didier Burkhalter, qui préside cette année l'Organisation de sécurité et de coopération en Europe (OSCE), ira à ce titre à Moscou pour discuter de la crise ukrainienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...