Passer au contenu principal

Vladimir Poutine proclame la mort de la pensée libérale

En ouverture du G20, le président russe vole la vedette à Trump et Xi grâce à une interview au vitriol publiée par le «Financial Times»

Reuters

Fragilisé sur la scène intérieure, Vladimir Poutine a réussi à imposer son agenda dès l’ouverture, vendredi, du G20 au Japon. Silencieux mais souriant, le chef du Kremlin est apparu plus que jamais sûr de lui, notamment lors des retrouvailles avec Donald Trump. «Pas d’ingérence dans les élections, s’il vous plaît», lui a lancé, ironique, le président américain, semblant ainsi blaguer sur une éventuelle intervention russe dans la présidentielle de 2020 aux États-Unis. Vladimir Poutine n’a rien dit en retour. Mais son expression rieuse confirmait son assurance. «Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vus», s’est-il contenté de remarquer, rappelant leur premier sommet, à Helsinki en juillet 2018, et invitant Donald Trump au prochain défilé militaire sur la place Rouge, le 9 mai 2020.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.