De Vinci dans le désert, le Louvre chez Dassault

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le ministre des vieilles pierres et des troubadours vient de rapporter 1 milliard d’euros à son pays. Lequel d’entre vous peut en dire autant?» Et Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture du gouvernement Villepin en 2007, de proposer que le temps de parole des ministres soit proportionnel à l’argent qu’ils font gagner. La savoureuse anecdote a été répétée à l’envi lors de la présentation du Louvre d’Abu Dhabi, inauguré le 11 novembre en présence d’Emmanuel Macron. Il n’y a tout de même pas que les marchands de canons et les ministres des armées qui rapportent de l’argent… À voir.

L’économie culturelle a son histoire. Et celle-ci est une saga culturo-diplomatique. Le Louvre dans le désert, initié sous la présidence de Jacques Chirac, s’est concrétisé onze ans plus tard sous une autre présidence. Presque une autre époque en fait. Mais en culture, le temps a toujours été long, et celui de la France, avec le capital de son extraordinaire patrimoine, peut attendre une décennie sans se formaliser. La France restera toujours la France, malgré les buzz et les destinations à la mode du moment.

C’est ainsi que les avions de combat Rafale sont revenus dans la course

Ce Louvre d’Abu Dhabi est ainsi le deuxième avatar du prestigieux musée parisien qui s’entend le long de ses 35 000 œuvres présentées aux 7 millions de visiteurs annuels de la capitale française. Le Louvre d’Abu Dhabi ne présentera que 600 œuvres. On est donc loin du gigantisme de l’ancienne demeure des rois de France. Autre extension provinciale, le Louvre-Lens a, lui, ouvert ses portes en 2012. Mais revenons à ce Louvre 3, qui, surgi entre les sables du désert et les eaux turquoise du golfe Persique, répond à la volonté de la famille du sultan Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane d’ouvrir son pays à d’autres richesses que celles du pétrole et du gaz dont regorge son sous-sol. Elle veut notamment développer le tourisme international et entend faire passer le nombre de visiteurs de 4,5 millions à 7 millions d’ici à une dizaine d’années.

L’attrait culturel par le biais de ce partenariat avec la prestigieuse griffe Louvre doit l’aider à sortir de cette dépendance lourde au pétrole. L’architecture, spectaculairement signée Jean Nouvel, permet encore cette visibilité recherchée avec un dôme ajouré de 180 mètres de diamètre qui fait déjà référence. Le tout est posé non loin des cinq tours du groupe Etihad, avec lesquelles il rivalise dans un des ensembles urbanistiques les plus novateurs de ce début de XXIe siècle.

Évidemment, cette histoire de grande ambition culturelle n’est pas sans polémique ni face sombre. Tout d’abord, de nombreux intellectuels français se sont étonnés qu’on puisse vendre des musées. La controverse a duré quelque temps et s’est tarie dès que chacun a compris que si le Louvre, et donc la France, ne prenait pas la route des Émirats arabes unis, les Américains de la Fondation Guggenheim de New York auraient plein d’idées à proposer aux princes persiques du pétrole avides de renouveau. Mais la France a encore d’autres domaines d’excellence, dont celui de l’armement. C’est ainsi que les avions de combat Rafale sont revenus dans la course. Et si les Émirats n’ont pas encore conclu leur promesse d’achat pour une soixantaine d’avions, ils viennent d’annoncer leur volonté de passer un contrat à Dassault et à Thales pour moderniser leur flotte de Mirage 2000.

Il n’est pas certain qu’Emmanuel Macron ait parlé du rapport de l’ONG Human Rights Watch dénonçant les conditions de travail sur le chantier du Louvre 3 à Abu Dhabi. Par contre, on est quasi certain qu’il a évoqué, lors de cette cérémonie d’ouverture fastueuse, les contrats possibles avec l’avionneur. Son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui fut lors du quinquennat précédent le meilleur VRP que Dassault ait connu, était là pour aider. De quoi tirer un sourire à celle qui boude depuis plus de 500 ans? La belle ferronnière de Léonard De Vinci est en effet désormais visible au Louvre d’Abu Dhabi.

Créé: 16.11.2017, 10h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...