Passer au contenu principal

Vaste opération contre un réseau de prostitution

Sept personnes ont été arrêtées lors de «la plus importante opération» de l'Allemagne contre un réseau de prostitution avec la Thaïlande.

Des policiers contrôlent une femme dans les rues de Bonn.
Des policiers contrôlent une femme dans les rues de Bonn.
Keystone

La police fédérale allemande a annoncé mercredi avoir arrêté sept personnes lors de «la plus importante opération» de son histoire visant à démanteler un réseau de prostitution avec la Thaïlande. Il était actif dans toute l'Allemagne.

Au total, plus de 60 lieux (domiciles, établissements de prostitution) ont été perquisitionnés tôt dans la matinée dans les seize Etats régionaux allemands, principalement en Rhénanie du Nord-Westphalie, ont indiqué dans des communiqués distincts le Parquet de Francfort et la police fédérale. Plus de 1500 policiers ont été mobilisés à travers le pays, a-t-elle indiqué.

Sept suspects visés par des mandats d'arrêt ont été interpellés. Au total, le «groupe principal» de ce réseau comprend 17 personnes soupçonnées d'avoir «fait passer en Allemagne des femmes et des transsexuels avec de faux visas Schengen», selon les autorités. «Plusieurs centaines de femmes et d'hommes ont été l'objet pendant des années de la rapacité sans bornes de passeurs», a dénoncé dans un communiqué le ministre de l'Intérieur allemand, Horst Seehofer.

Trafic d'êtres humains

Les enquêteurs soupçonnent notamment une Thaïlandaise de 59 ans et son compagnon allemand de 62 ans d'être à la tête de ce réseau qui s'étend dans toute l'Allemagne. Le couple aurait ainsi organisé un trafic d'êtres humains depuis la Thaïlande afin de faire venir des femmes et des transsexuels pour les prostituer en Allemagne, notamment à Siegen (ouest), dans les trois maisons closes tenues depuis 2006 par les deux principaux suspects, indique le Parquet.

Ces personnes étaient ensuite envoyées dans d'autres établissements de prostitution du réseau à travers le pays, selon le communiqué du Parquet. La quasi-totalité des sommes versées par les clients étaient confisquées par les propriétaires des établissements.

Les deux principaux suspects sont également accusés de travail dissimulé, aucune des prostituées n'ayant été déclarée, alors que la prostitution est une activité légale et encadrée en Allemagne, tout comme les maisons closes. Au total, rien que pour les trois établissements de Siegen, la seule fraude à l'assurance sociale est estimée à 1,6 million d'euros, selon le Parquet.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.