Passer au contenu principal

Crise en UkraineL'UE condamne toujours l'annexion de la Crimée

Un an après le référendum qui a conduit au rattachement de la Crimée à la Russie, l'UE juge toujours illégale cette annexion.

La Crimée va fêter en grande pompe, de lundi 16 mars à mercredi 18 mars, son rattachement à la Russie.
La Crimée va fêter en grande pompe, de lundi 16 mars à mercredi 18 mars, son rattachement à la Russie.
Maxim Shemetov, Reuters

L'Union européenne (UE) a réaffirmé le lundi 16 mars sa condamnation de «l'annexion illégale» de la Crimée par la Russie il y a un an. Bruxelles s'est dit inquiet de la «militarisation croissante» de la péninsule.

«Un an après la tenue d'un 'référendum' illégal et illégitime, et après l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie, l'Union européenne reste clairement engagée en faveur de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine», a écrit la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué. «L'Union européenne ne reconnaît pas et continue de condamner cet acte qui viole le droit international».

La Crimée va fêter en grande pompe, de lundi à mercredi, son rattachement à la Russie. Le 16 mars 2014, les habitants de cette péninsule à majorité russophone ont voté à 97% pour cette option lors d'un référendum qui n'a jamais été reconnu par les Occidentaux.

Le 18 mars 2014, la Crimée, offerte à l'Ukraine par le numéro un soviétique Nikita Khrouchtchev en 1954 lorsque la Russie et l'Ukraine faisaient toutes deux partie de l'URSS, redevenait russe après la signature du président Vladimir Poutine.

«Défi direct à la sécurité internationale»

C'est «un défi direct à la sécurité internationale, qui a de graves implications pour l'ordre mondial qui protège l'unité et la souveraineté de tous les Etats», a estimé Federica Mogherini.

«L'UE réaffirme sa profonde inquiétude au sujet de la militarisation croissante ainsi que de la détérioration de la situation des droits de l'Homme dans la péninsule de Crimée», a-t-elle poursuivi, citant «l'interdiction de s'exprimer librement» et «la persécution de personnes appartenant aux minorités».

L'OTAN dénonce le déploiement par la Russie de missiles sol-air très perfectionnés en Crimée, dont certains «qui couvrent pratiquement toute la mer Noire». «La Crimée est devenue une plateforme de projection militaire», a jugé la semaine dernière le commandant des forces de l'Alliance atlantique en Europe, Philip Breedlove.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.