Passer au contenu principal

La «trahison» de Tsipras renforce le chaos grec

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, s’est dit «trahi» par la décision unilatérale du chef du gouvernement grec de rompre les négociations avec ses créanciers.

Environ 13?000 manifestants en faveur du non au référendum ont défilé devant le parlement grec à Athènes lundi.
Environ 13?000 manifestants en faveur du non au référendum ont défilé devant le parlement grec à Athènes lundi.
AFP

La Grèce doit payer 1,6 milliard d’euros avant minuit ce mardi au Fonds monétaire international (FMI). Puis 1,5 milliard de plus d’ici au 30 septembre. Sans oublier 8 milliards entre les deux à la Banque centrale européenne. Il n’y a pourtant presque plus un sou dans les coffres de l’Etat hellénique. Les créanciers de la Grèce et les autorités de la zone euro placeront-elles dès lors la Grèce en défaut de paiement? Autrement dit dans une situation proche de la faillite. Réponse mercredi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.