Theresa May promet des milliards pour la santé

BrexitTheresa May essaie de rallier des voix à sa cause alors que l'examen du projet de loi sur le Brexit par le Parlement est imminent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Première ministre britannique Theresa May a promis dimanche d'injecter des milliards de livres en plus dans le service public de santé, en crise. Elle compte notamment sur les économies réalisées avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La cheffe du gouvernement a annoncé que, d'ici à 2024, le service de santé public, le NHS, recevrait 20 milliards de livres (26 milliards de francs) supplémentaires chaque année. «En quittant l'Union européenne et en arrêtant de payer d'importantes sommes chaque année à Bruxelles, nous aurons plus d'argent à consacrer à des priorités, comme le NHS», déclare-t-elle dans une tribune au quotidien The Mail on Sunday.

«Mais, pour fournir au NHS le financement dont il a besoin pour l'avenir, les dividendes du Brexit ne sont pas suffisants». Le pays devra «contribuer un peu plus», a ajouté Mme May, qui doit donner plus de détails sur ses projets lundi, en prononçant un discours sur l'avenir du NHS, qui fête ses 70 ans. Les médias britanniques évoquaient des hausses d'impôts et des emprunts.

600 millions de livres par semaine

Apporter plus d'argent au NHS grâce à l'argent économisé en sortant de l'Union européenne était l'un des arguments des pro Brexit, dont l'actuel ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, lors de la campagne du référendum de 2016. Les partisans du «Leave» avaient affiché sur un bus rouge le slogan: «Nous envoyons à l'Union européenne 350 millions de livres chaque semaine. A la place, finançons notre NHS».

Les chiffres avancés par Theresa May dépassent leurs attentes. «Ce que j'annonce signifie qu'en 2023/2024, il y aura 600 millions de livres par semaine, en argent liquide, allant au NHS», a-t-elle déclaré dans une interview à la BBC.

Ces annonces interviennent alors qu'une semaine chaotique s'annonce pour Theresa May. Des députés conservateurs rebelles pourraient la défier lors de l'examen du projet de loi sur le Brexit, qui revient mercredi à la Chambre des communes. (ats/nxp)

Créé: 17.06.2018, 11h58

Articles en relation

Le casse-tête de la frontière irlandaise

Brexit La frontière entre les deux Irlande constitue l'un des points épineux des négociations sur la sortie britannique du giron européen. Plus...

Londres compte rester un pôle financier important

Brexit Selon un influent député conservateur, la City de Londres saura retomber sur ses pieds. Il exclut une vague de délocalisations massives. Plus...

Kaspar Villiger: le Brexit est «stupide»

Royaume-Uni Une interview de l'ex-président de la Confédération, conseiller fédéral de 1989 à 2003, offusque la presse outre-Manche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.