Terrorisme: la surveillance des proches non conforme

FranceLa disposition d'une loi française de 2016 portant sur la surveillance électronique des proches de suspects a été jugée anticonstitutionnelle.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil constitutionnel français a jugé que la surveillance électronique des proches de personnes soupçonnées de terrorisme était contraire aux droits et libertés que la Constitution garantit et portait atteinte au droit à la vie privée.

Etat d'urgence

La juridiction chargée de contrôler la conformité des lois à la Constitution a censuré la disposition d'une loi de 2016 portant sur la surveillance électronique en temps réel de l'entourage de personnes suspectées d'être en lien avec une activité terroriste, dans une décision rendue vendredi.

La loi visée, du 21 juillet 2016, a prolongé l'état d'urgence en vigueur depuis la vague d'attentats djihadistes qui a frappé la France et a durci la loi renseignement adoptée un an plus tôt en matière de surveillance électronique en temps réel de personnes suspectées d'être «en lien avec une menace» terroriste.

Ces nouvelles dispositions portaient la durée de surveillance à quatre mois et permettaient de viser également l'entourage des personnes soupçonnées d'activités terroristes.

Le Conseil constitutionnel a en revanche validé dans sa décision de vendredi l'autorisation de quatre mois renouvelable.

Surveillance de masse

Plusieurs associations avaient estimé que les pouvoirs élargis accordés aux services de renseignement violaient le droit au respect de la vie privée, garanti par la Constitution. Pour certaines, les nouvelles dispositions équivalaient à un basculement dans «la surveillance de masse».

«C'est une décision qui va dans le bon sens», a réagi dans un communiqué Me Patrice Spinosi, l'un des avocats qui avait soulevé le recours.

«Le Conseil constitutionnel fait clairement entendre que ce n'est pas parce ce qu'il a déjà validé un dispositif répressif qu'il hésitera à le censurer s'il vient à changer et si les garanties qui étaient initialement prévues ont été supprimées», a-t-il ajouté.

Depuis janvier 2015, la France est visée par la violence islamiste, avec une vague d'attentats qui a fait 239 morts. (afp/nxp)

Créé: 04.08.2017, 15h03

Articles en relation

Berne garde les outils de surveillance à l'oeil

Suisse Le transfert de savoir-faire et de concession de droits inclus liés à des biens destinés à la surveillance nécessiteront toujours des permis. Plus...

Sept attentats déjoués en France depuis janvier

Terrorisme Le ministre de l'intérieur a salué le travail des services de sécurité qui ont permis d'éviter sept attaques depuis le début de l'année. Plus...

Moins d'attentats en 2016, malgré 25'000 morts

Terrorisme L'EI a été le groupe le plus meurtrier de l'année précédente, faisant 69% de victimes en plus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.