«Le soutien européen aux gardes-côtes libyens a aggravé la situation»

MigrantsPour SOS Méditerranée, le transfert de la responsabilité des sauvetages en mer à la Libye met des vies en danger.

Avec son bateau, l'«Ocean Viking», SOS Méditerranée annonce avoir sauvé 1911 personnes depuis le mois d'août.

Avec son bateau, l'«Ocean Viking», SOS Méditerranée annonce avoir sauvé 1911 personnes depuis le mois d'août. Image: Anthony Jean / SOS Méditerranée

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois ans déjà. Face à la crise migratoire, les dirigeants européens décidaient de se désengager du sauvetage en mer. La déclaration de Malte ouvrait la voie à un transfert de responsabilité de la coordination des secours dans les eaux internationales de la Méditerranée centrale - jusqu’alors assumée par les autorités italiennes - vers les gardes-côtes libyens. Depuis le 3 février 2017, l’Europe a donc fourni à la Libye des bateaux, des formations, un centre de coordination et de l'aide pour patrouiller afin d’intercepter les migrants qui tentent la traversée. Mais pour SOS Méditerranée, qui a sauvé 1911 personnes depuis le mois d’août avec l’Ocean Viking, son nouveau navire, ce soutien européen aux gardes-côtes libyens n’a fait qu’aggraver la situation.

Une «politique inhumaine»

«Avec la déclaration de Malte, l’Union européenne a jeté les fondements d'une grave violation du droit international, financée par les contribuables européens», estime Caroline Abu Sa’Da, directrice générale de SOS Méditerranée Suisse. Les migrants qui fuient le pays sont interceptés et «ramenés de force dans le cycle des violences et des abus en Libye, un pays déchiré par la guerre», alors que le droit maritime et international exige strictement qu’ils soient débarqués dans un «lieu sûr», rappelle-t-elle. «Les personnes que nous secourons rapportent inlassablement aux équipes à bord de l’Ocean Viking les tortures, les viols, l'esclavage et même les exécutions subis en Libye. La plupart des rescapés sont blessés ou traumatisés. L'un des éléments centraux de cette politique inhumaine est la déclaration de Malte, signée par les chefs d’État européens en février 2017», poursuit la responsable.

Absence de coordination

Sur zone, les équipes de SOS Méditerranée et de Médecins sans frontières (MSF) qui enchaînent les opérations de sauvetage font face à un autre problème: le manque total de coordination. Souvent, les gardes-côtes libyens ne répondent ni aux appels ni aux e-mails et ne transmettent pas les informations vitales nécessaires aux bateaux engagés dans ce type de mission, expliquent-elles. Or «les chances de retrouver un bateau en détresse sans instructions ni informations de la part des autorités compétentes sont très minces», ajoute Caroline Abu Sa’Da, qui précise que l’Ocean Viking a effectué cinq sauvetages consécutifs en moins de septante-deux heures le week-end dernier. Plus de 500 personnes ont ainsi été secourues en Méditerranée centrale par l'Ocean Viking et l'Alan Kurdi, le bâtiment affrété par l’ONG allemande Sea-Eye, rapportait lundi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Interceptés et renvoyés illégalement

Selon l'Institut d'études politiques internationales italien (ISPI), près de 39 000 personnes ont été arrêtées par les gardes-côtes et reconduites en Libye entre mars 2017 et aujourd’hui. Par rapport au nombre total d'arrivées en Italie et à Malte, qui n'ont cessé de baisser au cours des dernières années, la part des personnes interceptées et renvoyées illégalement a considérablement augmenté, constate SOS Méditerranée.

«Pour combien de temps encore les gouvernements européens habiliteront et financeront les gardes-côtes libyens? Nous parlons de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui meurent en mer tandis que ces États continuent de financer un centre de coordination maritime libyen incapable de remplir un tel mandat ni d’offrir un lieu sûr», tonne la directrice générale de l’organisation humanitaire, qui exhorte les pays européens à mettre en place une coordination digne de ce nom et à reprendre une opération dédiée à la recherche et au sauvetage.

Créé: 31.01.2020, 17h47

Articles en relation

Les 356 rescapés de l’«Ocean Viking» ont débarqué à Malte

Sauvetage en Méditerranée Après quatorze jours d’attente en mer, un accord européen a été trouvé. Les migrants vont être répartis dans six pays. Plus...

L’«Ocean Viking», successeur de l’«Aquarius», a largué les amarres

Sauvetage en mer Avant de lever l’ancre, le nouveau navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) a ouvert ses portes. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...