Soutenue par les Allemands, Carola Rackete a été libérée

MigrationsL’assignation à résidence de la capitaine du «Sea Watch 3» a été levée mardi soir. Elle est devenue le symbole de la rébellion en faveur des migrants.

Arrêtée samedi pour avoir accosté de force, avec 41 migrants secourus au large de la Lybie, sur l’île de Lampedusa en évitant de justesse d’écraser une vedette de la police, cette jeune Allemande de 31 ans risquait jusqu’à 10 ans de prison.

Arrêtée samedi pour avoir accosté de force, avec 41 migrants secourus au large de la Lybie, sur l’île de Lampedusa en évitant de justesse d’écraser une vedette de la police, cette jeune Allemande de 31 ans risquait jusqu’à 10 ans de prison. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les tensions entre Berlin et Rome dans «l’affaire Carola Rackete» ont connu un apaisement mardi soir. Un tribunal d’Agrigente (Sicile) a levé mardi soir l’assignation à résidence de la capitaine allemande du Sea Watch 3. Arrêtée samedi pour avoir accosté de force, avec 41 migrants secourus au large de la Libye, sur l’île de Lampedusa en évitant de justesse d’écraser une vedette de la police, cette jeune Allemande de 31 ans risquait jusqu’à 10 ans de prison.

Mais les Allemands craignent que le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, ne fasse de cette affaire un exemple pour dissuader les autres ONG de recueillir des migrants en Méditerranée. «Matteo Salvini a volontairement cherché à envenimer la situation pour en faire un symbole», estime Günter Burkhardt, le président de la principale organisation allemande d’aide aux réfugiés (Pro Asyl).

Le ministre italien, qui est aussi le chef du parti d’extrême droite Lega Nord, bénéficie du soutien de son gouvernement mais aussi des Italiens, qui se prononcent, selon les sondages, contre l’accueil de ce bateau de réfugiés sur les côtes italiennes (plus de 60%).

Plus de 1 million de dons

En Allemagne, en revanche, la vague d’indignation est quasi-unanime. L’ONG allemande Sea Watch, propriétaire du bateau incriminé, et d’autres organisations avaient déjà récolté, mardi soir, 1,3 million d’euros de dons pour obtenir la libération de Carola Rackete, dont 900 000 euros collectés par deux stars de la télévision allemande.

Tous les partis politiques, mis à part l’extrême droite (Alternative pour l’Allemagne), ont condamné l’arrestation de Carola Rackete. «On ne peut pas criminaliser le sauvetage en mer», a estimé Heiko Maas, le ministre social-démocrates (SPD) des Affaires étrangères. Il avait considéré avant l’annonce de la libération de la capitaine que le maintien en détention pourrait conduire à des «irritations» entre Berlin et Rome. «Une procédure judiciaire ne peut aboutir qu’à la libération de Carola Rackete», avait-il ajouté, ce qui s’est produit mardi soir.

Le président de la République fédérale, Frank-Walter Steinmeier, estime que l’affaire est symbolique car elle met en cause les valeurs humanitaires de l’Europe. «Il ne s’agit pas de n’importe quel pays. Il s’agit de l’Italie, qui est au milieu de l’Union européenne et qui est un membre fondateur», a-t-il déclaré. Quant à Angela Merkel, elle a évoqué l’affaire à Bruxelles avec le chef du gouvernement italien.

Le commissaire allemand de l’Union européenne Günther Oettinger a réagi, également agacé: «Je me moque des points de vue de M. Salvini. En tant que citoyen européen, je comprends cette femme. Elle a fait preuve de courage», a dit le conservateur du Parti chrétien-démocrate (CDU). Au sein de la droite allemande, on refuse de lancer le débat sur l’accueil des réfugiés alors que des élections régionales, cruciales pour l’avenir du gouvernement, ont lieu début septembre en Saxe et dans le Brandebourg. L’Allemagne a déjà accueilli plus d’un million de réfugiés entre 2015 et 2016 et a réussi à calmer la situation.

L’Association allemande des capitaines et officiers de marine a également pris la défense de Carola Rackete en dénonçant la criminalisation du sauvetage en mer. «Sauver quelqu’un d’un naufrage, c’est un devoir et un geste d’humanité ancrés dans nos traditions», a insisté Wilhelm Mertens, le président de l’organisation professionnelle. «Si l’on arrête les capitaines et l’on saisit leurs bateaux, on les encourage à ne plus sauver des vies et à fermer l’œil. C’est l’objectif de Salvini», a déploré Günter Burkhardt.

Malgré toutes les déclarations de soutien, l’ONG Sea Watch estime que la position de Berlin est hypocrite. En réclamant une «solution européenne», Berlin évite une nouvelle fois la confrontation directe avec Rome alors que les Italiens bloquent leurs ports aux bateaux de migrants depuis des mois. Selon le porte-parole de l’ONG, plus de 60 villes allemandes sont prêtes à accueillir de nouveaux réfugiés. «Berlin aurait pu depuis longtemps dire que l’Allemagne était prête à héberger les réfugiés sauvés en mer», déplore Ruben Neugebauer.

Créé: 02.07.2019, 23h01

Articles en relation

Sans navires de sauvetage, la Méditerranée «deviendra une mer de sang»

Migration Un an après la fermeture des ports italiens, le risque de mortalité des migrants en Méditerranée centrale a explosé. Plus...

Le maire de Palerme, Leoluca Orlando, défend une Italie à contre-courant

Migration Alors que les élections européennes ont été le théâtre d’une victoire écrasante de la Lega, Palerme défend son modèle d'intégration des migrants. Plus...

Le «maire des migrants» jugé dans l’Italie de Salvini

Italie Domenico Lucano est en procès et son village, Riace, est aux mains de l’extrême droite. La fin d’un symbole. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...