Sauvera-t-on la soldate Nadiya Savchenko?

UkraineDe Kiev à Genève, les appels à la libération de la pilote ukrainienne emprisonnée à Moscou se multiplient.

Une manifestation pacifique s'est déroulée place des Nations pour la libération de Nadia Savchenko, pilote ukrainienne détenue par la Russie.

Une manifestation pacifique s'est déroulée place des Nations pour la libération de Nadia Savchenko, pilote ukrainienne détenue par la Russie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je poursuivrai ma grève de la faim et de la soif», a déclaré hier Nadiya Savchenko au dernier jour de son procès en réaffirmant son innocence. La pilote ukrainienne contre qui le Parquet russe a requis vingt-trois ans de prison pour le meurtre de deux journalistes dans l’est séparatiste de l’Ukraine, entamait ainsi son sixième jour sans boire ni manger. «Je ne reconnais ni ma culpabilité ni la cour», a lancé la jeune femme avant de monter sur le banc des accusés pour adresser un spectaculaire bras d’honneur à ses juges qui ont annoncé que le verdict serait rendu les 21 et 22 mars.

De Kiev à Genève, en passant par Berlin, Bruxelles, Vilnius ou Washington, la mobilisation ne cesse de grandir pour faire libérer le lieutenant Savchenko, emprisonnée «injustement» depuis 2014. Hier, après les Etats-Unis et l’Ukraine, c’était au tour de l’Allemagne d’exiger une nouvelle fois sa «libération immédiate». Tandis qu’à Genève, l’association Free Ukraine organisait un rassemblement pacifiste sur la place des Nations pour soutenir l’officier de l’armée de l’air ukrainienne de 34 ans. L’association estime qu’un «échange avec des officiers de renseignement de l’armée russe récemment arrêtés en mission en Ukraine» pourrait encore sauver Nadiya Savchenko.

Moscou de son côté s’est borné à répéter qu’aucun échange de prisonniers «ne pourrait avoir lieu avant le jugement du tribunal». L’accord de Minsk de février 2015 qui vise à désamorcer le conflit dans l’est de l’Ukraine prévoit pourtant «un échange de tous les prisonniers et otages», a rappelé le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert.

Parallèlement, la Lituanie, la Grande-Bretagne, la Pologne, la Roumanie et la Suède ont annoncé qu’elles allaient appeler l’Union européenne à sanctionner les responsables russes qu’ils jugent impliqués dans ce procès très politique.

Nadiya Savchenko comparaît pour avoir, selon l’accusation, transmis à l’armée ukrainienne la position de deux journalistes de la télévision d’Etat tués par un tir de mortier dans l’est de l’Ukraine à l’été 2014. La pilote a été arrêtée dans la foulée. Moscou affirme l’avoir interpellée sur le territoire russe, mais la jeune militaire accuse les rebelles prorusses de l’est de l’Ukraine de l’avoir capturée sur le territoire ukrainien et livrée aux autorités russes.

Pour protester contre sa détention, la jeune femme avait déjà observé une grève de la faim de plus de 80 jours l’an dernier. Selon un de ses avocats, Nikolaï Pozolov, l’état de santé de la jeune femme s’est nettement détérioré ces derniers jours. «Bien sûr, elle ne tiendra pas jusqu’au 21 mars» a-t-il confié au journal Le Monde, «soit elle va mourir, soit elle sera alimentée de force, ce qui risque le plus probablement de se produire». (TDG)

Créé: 10.03.2016, 09h22

Articles en relation

Le procès très politique de «l’héroïne ukrainienne»

Justice Pilote d’hélicoptère, accusée du meurtre de deux journalistes, Nadiya Savtchenko est un symbole fort pour Kiev et Moscou. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...