Passer au contenu principal

«Sauver les migrants en mer doit être une priorité pour l’UE»

Seuls trois navires humanitaires opèrent encore en Méditerranée. Leur avenir pourrait se jouer lors du sommet de Bruxelles ce jeudi

L’«Aquarius» des ONG européennes SOS Méditerranée et Médecins sans frontières a mis le cap sur Marseille pour une escale technique. Il devrait reprendre la mer lundi.
L’«Aquarius» des ONG européennes SOS Méditerranée et Médecins sans frontières a mis le cap sur Marseille pour une escale technique. Il devrait reprendre la mer lundi.
Keystone

Bis repetita. Après l’Aquarius, le Lifeline. Le bateau humanitaire de l’ONG allemande du même nom aura attendu cinq jours dans les eaux internationales avec ses 233 migrants sauvés au large de la Libye, avant d’être autorisé à accoster à Malte. Sous condition. À l’issue d’un bras de fer politique, six pays européens, dont la France, le Portugal et l’Italie – par la voix du président du Conseil italien Giuseppe Conte – se sont engagés à accueillir une partie de ces candidats à l’asile. «Et de deux. Après l’Aquarius envoyé en Espagne, c’est désormais au tour du Lifeline d’aller à Malte», s’est empressé de tweeter le ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue Matteo Salvini, qui a fermé les ports italiens aux ONG qu’il estime «complices, consciemment ou inconsciemment, des trafiquants».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.