Passer au contenu principal

UkraineUn rideau de flammes sépare manifestants et policiers à Kiev

Manifestants et policiers étaient engagés dans un face à face tendu jeudi matin à Kiev.

L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)
L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)
Keystone
Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)
Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)
Keystone
L'opposition annonce préparer une grève générale. (30 novembre 2013)
L'opposition annonce préparer une grève générale. (30 novembre 2013)
Keystone
1 / 128

Une barricade de pneus enflammés séparait jeudi manifestants et policiers sur les lieux des affrontements violents qui ont fait cinq morts ces derniers jours.

Plusieurs dizaines de manifestants, portant souvent des casques de chantier ou de moto, étaient rassemblés jeudi matin rue Grouchevski, derrière ce mur de flammes et de fumée, lançant épisodiquement des pierres ou des cocktails Molotov. Des déflagrations se faisaient parfois entendre, apparemment dues à des tirs par les forces de l'ordre de grenades assourdissantes ou lacrymogènes.

De violents affrontements ont opposé manifestants et police anti-émeutes dans cet endroit depuis dimanche, faisant cinq morts et transformant la contestation engagée il y a maintenant deux mois en une guérilla urbaine en plein centre de Kiev.

Place de l'Indépendance, à quelques centaines de mètres de la rue Grouchevski, des dizaines de personnes se sont rassemblées jeudi dès l'aube par -10°C.

Devant des dizaines de personnes réunies mercredi soir sur cette place symbolique de la contestation, l'opposition a menacé le président Viktor Ianoukovitch d'une offensive jeudi s'il ne faisait pas de concessions.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.