Passer au contenu principal

La primaire à gauche se joue en direct lors des débats télévisés

Très incertaine, la primaire à gauche se joue en direct à la TV. Enjeux d’une course à sept pour désigner un perdant de la présidentielle.

Benoît Hamon a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel. (Mardi 28 mars 2017)
Benoît Hamon a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel. (Mardi 28 mars 2017)
AFP
La presse qui enterrait le PS la semaine dernière, pense que finalement le parti «bouge encore» après la victoire sans appel du frondeur Benoît Hamon. (Lundi 30 janvier 2017)
La presse qui enterrait le PS la semaine dernière, pense que finalement le parti «bouge encore» après la victoire sans appel du frondeur Benoît Hamon. (Lundi 30 janvier 2017)
Keystone
French Prime Minister Manuel Valls delivers a speech to announce his bid to become the Socialist presidential candidate in the 2017 presidential elections, at the town hall of Evry, south of Paris, on December 5, 2016. 'I am a candidate for the presidency of the Republic,' he said, announcing he would step down as prime minister on December 6, 2016 to contest the Socialist nomination in a January primary. / AFP PHOTO / Lionel BONAVENTURE
French Prime Minister Manuel Valls delivers a speech to announce his bid to become the Socialist presidential candidate in the 2017 presidential elections, at the town hall of Evry, south of Paris, on December 5, 2016. 'I am a candidate for the presidency of the Republic,' he said, announcing he would step down as prime minister on December 6, 2016 to contest the Socialist nomination in a January primary. / AFP PHOTO / Lionel BONAVENTURE
AFP
1 / 39

Ce jeudi soir, avec le premier débat TV de la primaire de la gauche, appelée citoyenne, les choses sérieuses commencent. Lors de cette drôle de campagne éclair et caractérisée par l’incertitude de la participation, les performances en débat des sept candidats sont fondamentales. Enjeu: l’investiture socialiste, en l’absence du président socialiste François Hollande qui a renoncé à se représenter. Le scrutin en deux tours a lieu les dimanches 22 et 29 janvier. A seulement quelque 100 jours de la présidentielle 2017 (23 avril et 7 mai).

Les candidats en lice

Sylvia Pinel (39 ans) du Parti radical de gauche, Jean-Luc Bennahmias (61 ans) du Front démocrate et François de Rugy (42 ans) du Parti écologiste (ex-EELV) devraient peser des miettes dans cette compétition. Féroce, la bataille pour la victoire se jouera entre les quatre représentants du PS: Manuel Valls (54 ans), Arnaud Montebourg (53 ans), Benoît Hamon (49 ans) et Vincent Peillon (56 ans). Tous quatre anciens ministres de François Hollande.

Les favoris pour l'investiture

Ils sont trois à pouvoir prétendre l’emporter. L’ancien premier ministre Manuel Valls (autour des 35%) est donné favori par des sondages néanmoins très prudents. Il arriverait en tête au premier tour auréolé de sa légitimité d’ex-premier ministre. Mais il pourrait être dépassé au deuxième tour par un Arnaud Montebourg (25%) ou un Benoît Hamon (22%) qui s’allieraient pour lui faire barrage. Avec le report des voix de Vincent Peillon (9%). Cette primaire semble se cristalliser autour d’un «tout sauf Valls». L’ex-homme fort du gouvernement est en difficulté.

Trois hommes à gauche

Le vainqueur de cette primaire de la gauche a, selon la plupart des observateurs, peu de chances de se qualifier pour le 2e tour de la présidentielle. En effet, Jean-Luc Mélenchon (65 ans) et Emmanuel Macron (38 ans) font aussi la course à l’Elysée dans le couloir de gauche. Et ils sont tous deux crédités de scores supérieurs à ceux du candidat du PS, quel qu’il soit. Cette primaire de gauche désignera donc un futur perdant, mais ce dernier sera légitimé pour reconstruire le PS et préparer 2022. Oui, ils y pensent déjà!

Le test de la participation

En 2011, presque 3 millions de Français s’étaient déplacés dans quelque 10 000 bureaux de vote. En novembre 2016, les Républicains ont mobilisé quelque 4 millions de personnes. Pour le scrutin 2017, les socialistes espèrent attirer entre 1,5 et 2,6 millions de Français dans les 7600 bureaux de vote à travers le pays. Dans le contexte d’un parti en déliquescence, mettre sur pied le scrutin et trouver 40 000 bénévoles pour tenir les officines de vote a déjà été une gageure. La participation donnera donc une indication de l’état de santé du parti et de ses sympathisants. Le scrutin est ouvert à tous les Français inscrits sur les listes électorales. Ils doivent s’acquitter d’un euro par tour. La primaire LR coûtait 2 euros!

Quatre débats TV

Jeudi 12 janvier (sur TF1), dimanche 15 janvier (BFM) et jeudi 19 janvier (France 2) sont les trois dates à retenir pour les débats de 1er tour. Mercredi 25 janvier (sur TF1 et France) les deux finalistes s’affronteront encore.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.