La primaire à gauche se joue en direct lors des débats télévisés

FranceTrès incertaine, la primaire à gauche se joue en direct à la TV. Enjeux d’une course à sept pour désigner un perdant de la présidentielle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce jeudi soir, avec le premier débat TV de la primaire de la gauche, appelée citoyenne, les choses sérieuses commencent. Lors de cette drôle de campagne éclair et caractérisée par l’incertitude de la participation, les performances en débat des sept candidats sont fondamentales. Enjeu: l’investiture socialiste, en l’absence du président socialiste François Hollande qui a renoncé à se représenter. Le scrutin en deux tours a lieu les dimanches 22 et 29 janvier. A seulement quelque 100 jours de la présidentielle 2017 (23 avril et 7 mai).

Les candidats en lice

Sylvia Pinel (39 ans) du Parti radical de gauche, Jean-Luc Bennahmias (61 ans) du Front démocrate et François de Rugy (42 ans) du Parti écologiste (ex-EELV) devraient peser des miettes dans cette compétition. Féroce, la bataille pour la victoire se jouera entre les quatre représentants du PS: Manuel Valls (54 ans), Arnaud Montebourg (53 ans), Benoît Hamon (49 ans) et Vincent Peillon (56 ans). Tous quatre anciens ministres de François Hollande.

Les favoris pour l'investiture

Ils sont trois à pouvoir prétendre l’emporter. L’ancien premier ministre Manuel Valls (autour des 35%) est donné favori par des sondages néanmoins très prudents. Il arriverait en tête au premier tour auréolé de sa légitimité d’ex-premier ministre. Mais il pourrait être dépassé au deuxième tour par un Arnaud Montebourg (25%) ou un Benoît Hamon (22%) qui s’allieraient pour lui faire barrage. Avec le report des voix de Vincent Peillon (9%). Cette primaire semble se cristalliser autour d’un «tout sauf Valls». L’ex-homme fort du gouvernement est en difficulté.

Trois hommes à gauche

Le vainqueur de cette primaire de la gauche a, selon la plupart des observateurs, peu de chances de se qualifier pour le 2e tour de la présidentielle. En effet, Jean-Luc Mélenchon (65 ans) et Emmanuel Macron (38 ans) font aussi la course à l’Elysée dans le couloir de gauche. Et ils sont tous deux crédités de scores supérieurs à ceux du candidat du PS, quel qu’il soit. Cette primaire de gauche désignera donc un futur perdant, mais ce dernier sera légitimé pour reconstruire le PS et préparer 2022. Oui, ils y pensent déjà!

Le test de la participation

En 2011, presque 3 millions de Français s’étaient déplacés dans quelque 10 000 bureaux de vote. En novembre 2016, les Républicains ont mobilisé quelque 4 millions de personnes. Pour le scrutin 2017, les socialistes espèrent attirer entre 1,5 et 2,6 millions de Français dans les 7600 bureaux de vote à travers le pays. Dans le contexte d’un parti en déliquescence, mettre sur pied le scrutin et trouver 40 000 bénévoles pour tenir les officines de vote a déjà été une gageure. La participation donnera donc une indication de l’état de santé du parti et de ses sympathisants. Le scrutin est ouvert à tous les Français inscrits sur les listes électorales. Ils doivent s’acquitter d’un euro par tour. La primaire LR coûtait 2 euros!

Quatre débats TV

Jeudi 12 janvier (sur TF1), dimanche 15 janvier (BFM) et jeudi 19 janvier (France 2) sont les trois dates à retenir pour les débats de 1er tour. Mercredi 25 janvier (sur TF1 et France) les deux finalistes s’affronteront encore.

Créé: 11.01.2017, 22h40

Articles en relation

Pour son ex-conseiller, François Hollande a abdiqué dès le premier mois

France Le livre d’Aquilino Morelle décrit un président qui ne voulait pas exercer le pouvoir. Et aurait singé Arnaud Montebourg pour gagner. Analyse d'un quinquennat de renoncement. Plus...

L’incohérence des prises de position de Manuel Valls crève l’écran

France Favori de la primaire, l’ex-premier ministre fait une campagne déconcertante. En se reniant pour tenter d’être central à gauche. Plus...

«Pour le PS c'est trop tard. Mélenchon et Macron occupent l'espace»

Professeur de sciences politiques à l’Université de Lille, Rémi Lefebvre est un spécialiste du PS et des primaires.

En quoi ces débats sont-ils importants?


Beaucoup d’électeurs hésitent à se rendre aux urnes. Avec un PS discrédité, il n’y a aucun enthousiasme. Ces débats peuvent susciter un engouement s’ils se passent bien. Ensuite, dans les conditions d’une campagne très courte, on peut résumer en disant que la campagne, ce sont ces trois débats TV. D’autant que les candidats ont très peu de moyens et, mis à part Valls et Montebourg, tous sont inconnus du grand public.

Cette primaire peut-elle être le réveil de la gauche?

Le problème, c’est qu’elle arrive trop tard. Deux candidats se sont installés: Jean-Luc Mélenchon à gauche et Emmanuel Macron à droite du PS. Les deux disent, avec une certaine pertinence, que la primaire du PS ne sert à rien puisque l’offre est déjà constituée. Pour ma part, je pressens que si Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon – tous deux très à gauche – l’emportent, une partie des cadres du PS basculera vers Macron. Avec Fillon à droite, Macron aura un boulevard entre la gauche de la gauche et le centre droite. Si Manuel Valls l’emporte, cela fait l’affaire de Jean-Luc Mélenchon qui accueillera ce qui reste de gens de gauche au PS.

Le mauvais départ de Manuel Valls vous surprend-il?

Il est dans un positionnement impossible. Son courant fait 5% lors de la primaire 2011 et il a décidé de ne pas assumer le bilan catastrophique, aux yeux du peuple de gauche, du quinquennat pendant lequel il a été premier ministre. Il apparaît comme pas crédible: on ne passe pas en trois jours de social libéral réformateur à rassembleur des gauches. Néanmoins il se bat et il a le soutien de l’appareil du parti. Je ne le donne pas battu. Si les modérés légitimistes vont voter en masse, il peut faire un bon score.

X.A.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...