«Les positions du Qatar sont ambivalentes»

FranceL’omniprésence des Qatariens et leurs positions ambiguës intriguent de plus en plus. Ancien patron de la DGSE, Alain Juillet réagit.

En août dernier, le président français François Hollande recevait l’émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, pour une rencontre consacrée à la crise syrienne.

En août dernier, le président français François Hollande recevait l’émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, pour une rencontre consacrée à la crise syrienne. Image: KENZO TRIBOUILLARD/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus une semaine ne se passe sans que la question des rapports entre la France et le Qatar de l’émir Hamad ben Khalifa al-Thani ne soit mise sur la table. Le rôle joué par l’émirat dans les Printemps arabes, son soutien à des groupes islamistes et ses investissements tous azimuts posent problème. Les médias français s’interrogent sur les raisons qui ont conduit Nicolas Sarkozy, puis François Hollande à accorder autant de place aux Qatariens. Alain Juillet, ancien directeur des services secrets extérieurs français (DGSE), explique.

De plus en plus de voix s’élèvent en France pour s’inquiéter de l’influence grandissante du Qatar. Est-ce le début du désamour?

On a vu poindre une polémique lorsque le Qatar a créé un fonds d’investissement pour donner leurs chances à de petites sociétés créées par les gens issues des banlieues. Certains se sont demandés si cette aide n’allait pas être subordonnée à une obligation de pratique d’un islam rigoriste. C’est cela qui a effrayé les gens. Evidemment, si c’était le cas ce serait très contestable. Mais jusqu’à maintenant, on n’a jamais vu quelqu’un se plaindre des investissements réalisés par le Qatar dans les entreprises françaises.

Le Qatar a soutenu de façon très active les révolutions Arabes en aidant des groupes qui défendent la pratique d’un islam rigoriste. Faut-il s’en inquiéter?

Le Qatar est un Etat Wahhabite qui a parallèlement une politique d’expansion économique par des investissement lourds dans les pays occidentaux et une politique de promotion de l’Islam. Ce n’est un secret pour personne. On ne peut pas lui reprocher de faire la promotion de l’islam à l’extérieur. On ne reproche pas aux Américains d’envoyer des évangélistes dans le monde entier pour faire la promotion de la vision religieuse américaine. Quand il était jeune, Mitt Romney est bien venu en France pour faire la promotion de l’église Mormone. Ce qui pose problème, c’est lorsqu’il y a des associations entre cette vocation d’expansion et de promotion religieuse avec des groupes qui eux sont des groupes extrémistes. Et là, lorsqu’on voit ce qui se passe en Syrie, par exemple, on peut se poser des questions.

On a aussi évoqué l’aide apportée par le Qatar à certains groupes islamistes armés au Mali…

Le Qatar nie et dément. Il faut faire attention à ce qui est dit et faire la part des choses. D’autres pays ont intérêt à déstabiliser le Qatar et à le désigner comme bouc émissaire. Au Mali, il y a plusieurs formes de pratique de l’islam qui s’affrontent. L’islam d’Ansar Dine n’est pas le même que celui d’Aqmi, du MUJAO, ou du MNLA. Personne n’a jamais dit que le Qatar soutenait AQMI. Bien au contraire. C’est plus compliqué que ce qu’on veut en dire. La preuve, à un moment on a vu des gens d’Ansar Dine dire qu’ils pourraient discuter. Ce n’est pas du tout la même position qu’AQMI ou que le MUJAO qui se spécialise dans le rapt d’Européens et les trafics en tous genres.

On a l’impression qu’il y a plusieurs Qatar…

C’est un pays ambivalent. Il y a un Qatar qui développe une relation pro occidentale et qui veut vivre et s’intégrer dans le monde entier. Je pense à l’émir lui-même et à la Cheikha Mozah. Cela va plus loin jusqu’à un certain amour de la France , puisque l’un des fils de l’émir, Cheikh Tamim, a été formé à St Cyr. Mais c’est vrai qu’il y a aussi, dans l’entourage de l’émir, des gens qui veulent promouvoir le Wahhabisme au niveau international parce qu’ils considèrent que c’est leur devoir. On a connu le même problème avec l’Arabie saoudite par le passé. Cela n’a pas empêché les Etats-Unis de travailler avec eux. Si les Etats-Unis ont pu travailler avec les Saoudiens, je ne vois pas pourquoi les Européens et les francais ne pourraient pas travailler avec les Qataris.

Est-ce que la communauté du renseignement avait alerté les responsables politiques sur ce qui ressemble parfois à un double-jeu?

Aujourd’hui, je ne suis plus dans le renseignement mais le rôle des services reste de collecter des informations sur ce qui se passe dans les autres pays pour éclairer les responsables politiques dans leurs décisions. C’est vrai dans le monde entier. Après, entrent en jeu des intérêts conjoncturels et à plus long terme. Si le partenariat stratégique avec le Qatar a survécu à l’alternance politique, c’est bel et bien parce que nous y avons un intérêt commun. Dans une même famille, on peut s’entendre très bien et partager beaucoup d’idées tout en étant pas d’accord sur certaines autres, cela fait partie du jeu.

Le problème n’est-il pas aussi celui de la gouvernance de ce petit Etat qui semble jongler avec plusieurs courants antagonistes?

C’est une monarchie éclairée. Il y a des phénomène de cour. Tout le monde a une influence et cela peut varier selon les périodes. On ne le voit pas parce qu’on est éloigné mais il y a régulièrement des changements d’hommes aux postes clefs et nous allons assister bientôt à un changement de génération. (TDG)

Créé: 18.01.2013, 13h12

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...