Passer au contenu principal

La petite entreprise du couple Fillon est jugée dès ce lundi par la Chambre correctionnelle de Paris

Le procès de l’ex-candidat à la présidentielle débute ce lundi. Rappel d’un système d’emplois fictifs présumés qui a rapporté 1,3 million d’euros en quinze ans.

Penelope et François Fillon lors d’un meeting de campagne pour l’élection présidentielle de 2017, courtcircuitée par des révélations de la presse puis des poursuites judiciaires concernant des emplois fictifs.
Penelope et François Fillon lors d’un meeting de campagne pour l’élection présidentielle de 2017, courtcircuitée par des révélations de la presse puis des poursuites judiciaires concernant des emplois fictifs.
AFP

C’est un procès qui n’aurait jamais dû avoir lieu, du moins selon les normes traditionnelles de la justice française. Ce lundi, François Fillon comparaîtra devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de Paris pour «détournement de fonds publics», et sa femme, Penelope, pour complicité et recel du même délit. Il encourt une peine maximale de 10 ans de prison et une amende de 100'000 euros.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.