Nouvelles manifs pro et anti-migrants à Chemnitz

AllemagneQuelque 8000 personnes ont défilé pour marquer leur mécontentement ou leur soutien à la politique migratoire allemande. Aucun incident sérieux n'est à déplorer.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 8000 manifestants sont descendus samedi dans les rues de Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne. Les uns pour protester contre la politique migratoire du gouvernement d'Angela Merkel, les autres pour exprimer leur soutien.

Cette ville saxonne est depuis une semaine l'épicentre de la mobilisation de l'extrême droite allemande contre les étrangers, suite à un meurtre dont un demandeur d'asile irakien est suspecté.

Contrairement à de précédents rassemblements où la police locale fut débordée, les forces de l'ordre ont cette fois empêché des violences. Aucune échauffourée n'a été signalée même si la tension a été palpable à plusieurs reprises dans la soirée.

Afin d'éviter une confrontation entre manifestants des deux bords, la police avait restreint le parcours des militants d'extrême droite. Si certains sont malgré tout restés sur place alors que l'ordre leur avait été intimé de quitter les lieux, leur cortège s'est finalement dispersé dans le calme.

Ni grise ni brune

Environ 4500 personnes ont défilé à l'appel de divers mouvements de droite radicale mais aussi du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) et du mouvement anti-islam et anti-Merkel Pegida, selon la police.

Certains scandaient «nous sommes le peuple», reprenant le slogan des manifestants lors de la chute du régime communiste de RDA à l'automne 1989, ou encore «Merkel dégage!» en portant des drapeaux allemands. D'autres défilaient avec de grands portraits de victimes d'attaques perpétrées, selon eux, par des demandeurs d'asile.

En parallèle, à l'appel de plusieurs associations et partis politiques de gauche, environ 3500 personnes, selon la police, ont répondu au mot d'ordre: «le coeur plutôt que la haine».

«Chemnitz n'est ni grise ni brune», pouvait-on lire sur une immense affiche collée sous l'imposant buste de Karl Marx situé devant l'Hôtel de Ville. Chemnitz fut baptisée Karl-Marx-Stadt durant la période communiste en RDA.

«Nous ne laisserons pas les extrémistes de droite détruire notre pays et notre démocratie. Ni à Chemnitz, ni en Saxe, ni nulle part en Allemagne. Notre constitution doit primer. Nous devons la défendre. Maintenant!», a déclaré l'un des dirigeants fédéraux des Verts, Cem Özdemir, d'origine turque.

Soutien gouvernemental

Le gouvernement, par la voix du ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, a apporté son soutien à cette dernière manifestation. «La Deuxième Guerre mondiale a commencé il y a 79 ans. L'Allemagne a causé des souffrances inimaginables à l'Europe.

Si à nouveau des gens défilent aujourd'hui dans les rues en effectuant le salut nazi, notre histoire passée nous oblige à défendre résolument la démocratie», a-t-il écrit sur Twitter.

Il y a une semaine, 800 sympathisants d'extrême droite avaient effectué une «chasse aux étrangers» dans la ville, après l'homicide qui a mis le feu aux poudres.

Et le lendemain, des affrontements entre plus de 2000 protestataires d'extrême droite et environ un millier de contre-manifestants proches de l'extrême gauche avaient également fait plusieurs blessés. (ats/nxp)

Créé: 01.09.2018, 16h06

Articles en relation

«Nous ne sommes pas tous des Nazis»

Manifs en Allemagne Les citoyens de Chemnitz sont au bord de la crise de nerfs. Plusieurs jours que les gens descendent dans la rue pour protester contre la politique migratoire de Merkel. Plus...

Prudence lors des manif' de l'extrême-droite

Allemagne/Suisse Le Département fédéral des affaires étrangères estime qu'il faut se montrer prudent après les manifestations d'extrême-droite à Chemnitz. Plus...

L'extrême droite dans la rue contre Merkel

Allemagne Des centaines de personnes manifestent à nouveau à Chemnitz pour protester contre la politique migratoire de la chancelière allemande. Plus...

Merkel: la «haine dans la rue» n'a pas sa place

Allemagne La Chancelière a réitéré sa condamnation des évènements de Chemnitz, rappelant la prééminence de l'Etat de droit. Plus...

L'extrême droite utilise le mouton noir de l'UDC

Allemagne Le mouton noir, symbole du combat du parti contre les criminels étrangers, s'est affiché lundi soir dans les rangs de l'extrême droite à Chemnitz. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...