Air France prévoit d'assurer 46% de ses vols mercredi

RevendicationsLes pilotes de la compagnie sont toujours en grève après neuf jours. La compagnie conseille de reporter les voyages ou de changer les billets.

Depuis le 15 septembre, plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol. Il s'agit de la plus longue grève depuis 1998.

Depuis le 15 septembre, plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol. Il s'agit de la plus longue grève depuis 1998. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Air France prévoit d'assurer mercredi 46% de ses vols, sensiblement comme mardi (48%), a annoncé la direction de la compagnie aérienne. Le taux de grévistes devrait baisser à 52%, après 65% lundi et 57% mardi, ajoute dans un communiqué la compagnie, qui recommande à ses clients ayant réservé un vol d'ici au 30 septembre de reporter leur voyage ou de changer leur billet sans frais.

Le bras de fer chez Air France autour du projet de filiale à bas coût Transavia se poursuivait mardi 23 septembre. Les aéroports étaient toujours au ralenti pour le neuvième jour de grève des pilotes, qui ont prévu de descendre pour la première fois dans la rue.

La plus longue grève

Depuis le 15 septembre, plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol. Il s'agit de la plus longue grève depuis 1998.

Une sortie de crise avait semblé se dessiner lundi. Las, l'annonce faite aux syndicats par le directeur général d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, de suspendre provisoirement le projet d'extension en Europe de Transavia, la filiale à bas coût du groupe aérien n'a pas calmé les pilotes.

Face à cette «ultime proposition» de la direction, les pilotes grévistes ont durci le ton et réclamé la suppression pure et simple du projet Transavia Europe. Selon le SNPL AF Alpa, majoritaire chez les pilotes, la proposition ne présente aucune garantie contre les risques de «dumping social» à l'intérieur du groupe.

Dans la soirée, M. de Juniac a une nouvelle fois souligné l'enjeu du projet pour le groupe et rappelé qu'aucune compagnie n'était «immortelle». «Nous avons proposé aux pilotes de suspendre ce projet jusqu'à la fin de l'année le temps de la discussion, le temps de la négociation», a déclaré M. de Juniac sur France 2. «Si on ne parvient pas à un dialogue et un accord satisfaisant, on sera obligé d'arrêter», a-t-il ajouté tout en jugeant «trop tôt» pour parler d'un retrait.

Dans la rue

Le développement à l'échelle continentale du low cost d'AF-KLM inquiète les syndicats, lesquels réclament un contrat unique pour tous les pilotes du groupe, quelle que soit la marque (Air France, Transavia ou Hop!), afin de sécuriser l'emploi en France.

Le SNPL AF Alpa a obtenu lundi le soutien de syndicats représentant les diverses catégories de personnel, unis pour «refuser les passages en force permanents au détriment du dialogue social au sein d'Air France».

Pour la première fois depuis le début de la grève, les pilotes étaient invités à se rassembler, en uniforme, à 14h00 près de l'Assemblée Nationale, à Paris. Le préavis de grève du SNPL court jusqu'à vendredi 26 tandis que le Spaf, deuxième syndicat de la profession chez AF, a appelé à la mobilisation jusqu'à mercredi. (ats/nxp)

Créé: 23.09.2014, 13h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...