Les naturistes allemands peuvent aller se rhabiller

MoeursTrès populaire jusqu’à la chute du Mur, la «culture du corps libre» est de plus en plus mal accueillie sur les plages.

Espace réservé à la «culture du corps libre» (Freikörperkultur, FKK) sur une plage de Sankt Peter-Ording, en Frise-du-Nord, en 2016.

Espace réservé à la «culture du corps libre» (Freikörperkultur, FKK) sur une plage de Sankt Peter-Ording, en Frise-du-Nord, en 2016. Image: DPA/CARSTEN REHDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les adeptes de la «FKK» (Freikörper­kultur), la «culture du corps libre», le répètent encore aujourd’hui: se baigner tout nu, cela rend heureux. «Rien de mieux pour planer», assure Christian Utecht, le président de l’association des naturistes de Berlin et du Brandebourg, haut lieu de cette vieille tradition allemande qui remonte au début du siècle (voir encadré).

Mais le naturisme perd de son influence depuis dix ans. «La FKK n’est plus à la mode. Elle est arrivée à un tournant historique», constate le sociologue Kurt Starke, considéré comme le «pape de la sexologie» en Allemagne. «La FKK n’est plus populaire comme cela fut le cas en Allemagne de l’Est notamment. Avant la fin du régime communiste, 90% des jeunes avaient fait au moins une expérience de nudisme. Ils ne sont plus que 50% aujourd’hui», confirme Konrad Weller, sexologue à l’École supérieure de Merseburg, en Saxe-Anhalt (ex-RDA).

Même à Munich, un haut lieu du naturisme dans l’ancienne Allemagne de l’Ouest, l’espace de liberté se réduit. Après une polémique sur la tenue de quelques baigneuses sur les bords de l’Isar dans la capitale bavaroise, le Conseil municipal a dû prendre une résolution pour autoriser officiellement les femmes à s’exposer les seins nus. Le maillot de bain suffira, ont estimé les élus, pour ne pas «embêter les autres». Une décision qui aurait fait scandale dans les années 70.

Le diktat du corps parfait

L’idéal de beauté du corps humain, vendu par les publicitaires, est également plus oppressant qu’avant. Le corps est instrumentalisé. «Le problème est que nous sommes plus de 90% à ne pas avoir ce corps qui correspond aux canons de beauté», explique Konrad Weller. Du coup, les associations de naturistes ont du mal à maintenir leurs effectifs. «Nous ne comptons plus sur une augmentation significative de nos membres», concède Christian Utecht. «Cela s’explique par le fait que les naturistes n’ont pas besoin nécessairement d’une association pour cette activité, mais aussi par l’évolution de notre société», ajoute-t-il.

Les Allemands ne sont pas plus prudes qu’avant. «C’est leur rapport à la nudité qui a changé», estime Konrad Weller. «Par ailleurs, l’environnement des naturistes a changé. Sur les plages de la mer Baltique (ex-RDA), les Allemands de l’Ouest sont arrivés après la réunification pour passer leurs vacances. Ils ont été irrités par les pratiques nudistes de leurs cousins de l’Est. Il a fallu en tenir compte», explique Konrad Weller. «Dans les dix dernières années, il est devenu plus difficile de se déshabiller sur les plages d’Allemagne», confirme Christian Utecht.

Peur du smartphone

Avec l’apparition des smartphones, l’intimité et la sphère privée est plus exposée. «Mes amies ne veulent plus se dévêtir en public de peur de se retrouver à leur insu sur les réseaux sociaux. Le naturisme, pratiqué par la génération précédente, a complètement disparu de notre environnement», témoigne Kerstin, une Berlinoise de 35 ans qui a grandi en Allemagne de l’Est. «Pour cette raison, même les enfants ne sont plus nus sur les plages. Les nouveaux médias jouent un rôle très important dans ce nouveau rapport à la nudité», ajoute Konrad Weller.

Enfin, la société allemande est devenue multiculturelle. Les plages non réservées aux nudistes sont fréquentées par des familles issues de l’immigration, avec différentes cultures. «Les Italiens, par exemple, n’ont pas le même rapport avec la nudité», constate Christian Utecht. «Avant, on arrivait sur n’importe quelle plage déjà déshabillé sans se soucier de son entourage. Aujourd’hui, nous prenons plus de précautions», reconnaît-il.

La conscience de son corps

Le naturisme est certes démodé. Mais il n’est pas mort pour autant. «Le mouvement est devenu marginal. Mais il ne disparaîtra jamais. Au contraire, il pourrait revenir à la mode. La FKK est très importante pour la prise de conscience de son propre corps», insiste le sexologue Konrad Weller. «C’est la manière de revenir à la réalité dans ce monde virtuel qui nous sclérose dans la perfection», ajoute-t-il.

Créé: 16.08.2019, 07h21

Un siècle de nudité

En 1900, Berlin était considérée comme la grande ville libertine d’Allemagne, haut lieu de toutes les transgressions. Mais au temps de Guillaume II, roi de Prusse et empereur d’Allemagne, il ne serait venu à l’idée de personne de se dévêtir en plein air. Les pouvoirs publics, soucieux d’ordre et de discipline, ne voulaient en aucun cas d’un assouplissement des règlements vestimentaires. Les dames du monde, qui tenaient à conserver leur pâleur, restaient engoncées dans des vêtements qui ne laissaient entrevoir que leur visage. L’ambiance change après la Première Guerre mondiale, lorsque la pâleur n’est plus à la mode et que les adeptes de la FKK lancèrent leur mouvement contre le «pessimisme ambiant». Après la Seconde Guerre mondiale, l’influence des Allemands de l’Est, qui pratiquaient le plus la FKK, a joué un rôle dans l’évolution des mentalités. La présence de nombreux lacs à Berlin et la proximité des plages de la mer Baltique ont participé à la culture de la nudité à l’Est. C.B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...