Passer au contenu principal

AllemagneMartin Schulz renonce au maroquin de la diplomatie

Critiqué, le chef du parti social-démocrate Martin Schulz jette l'éponge. Il ne sera pas dans le nouveau gouvernement d'Angela Merkel.

Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
AFP
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
AFP
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
Keystone
1 / 63

Le chef du parti social-démocrate allemand Martin Schulz a annoncé vendredi renoncer à devenir ministre des Affaires étrangères dans le prochain gouvernement d'Angela Merkel, dernier épisode en date de l'imbroglio politique en Allemagne.

«Je déclare par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement», dit-il dans un communiqué, alors qu'il avait revendiqué le poste de chef de la diplomatie mercredi, dans le cadre d'un accord de coalition avec Mme Merkel.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.