Macron entrouvre la porte à un deal avec Johnson

DiplomatiePour éviter un Brexit dur, une solution est possible avec de la bonne volonté, estime le président français.

Emmanuel Macron ne veut à aucun prix un affaiblissement de l’Union européenne

Emmanuel Macron ne veut à aucun prix un affaiblissement de l’Union européenne Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était la foule des grands jours, jeudi à l’Élysée, pour assister à la visite de Boris Johnson. Comment le nouveau premier ministre britannique, émule de Donald Trump par sa brutalité et son imprévisibilité, serait-il reçu par Emmanuel Macron? Au lendemain de sa rencontre avec Angela Merkel à Berlin et à deux jours du G7 de Biarritz, cette visite n’avait qu’un seul enjeu: reste-t-il une marge de négociation pour éviter un Brexit dur le 31 octobre?

Négocié pendant deux ans, l’accord auquel est parvenue Theresa May a été refusé à trois reprises par le parlement britannique, acculant l’ancienne première ministre à la démission au profit de Boris Johnson. Il se fait fort, lui, d’obtenir plus.

Le point de friction est ce qu’on appelle le backstop. Pour éviter le rétablissement d’une frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord qui menacerait les accords de paix, cette clause prévoit le maintien temporaire du Royaume-Uni dans l’union douanière européenne jusqu’à ce qu’un accord commercial définitif soit négocié avec l’UE, théoriquement d’ici à la fin de 2020. Faute d’accord, la clause backstop serait prolongée tant que les négociations n’auraient pas abouti. Le Royaume-Uni resterait donc soumis aux règles européennes et ne pourrait négocier librement des accords de libre-échange avec d’autres pays.

Inacceptable, estime Boris Johnson, qui, dans une lettre adressée lundi au président du Conseil européen, Donald Tusk, a menacé d’un Brexit dur le 31 octobre si la clause backstop n’est pas renégociée. Réponse sèche de Donald Tusk: «Ceux qui sont contre le backstop […] sont en réalité favorables au rétablissement d’une frontière.»

Mais deux jours plus tard, mercredi, Boris Johnson a trouvé une oreille plus attentive chez Angela Merkel. Un accord «dans les trente prochains jours, pourquoi pas?» a-t-elle concédé, ajoutant qu’il fallait «faire des efforts pour y parvenir».

Emmanuel Macron ne veut à aucun prix un affaiblissement de l’Union européenne, et, jeudi, tout le monde s’attendait à une position beaucoup plus dure. S’il défend «l’intégrité du marché unique» comme un élément essentiel, il a pourtant entrouvert la porte à des négociations en écho aux propos d’Angela Merkel: «L’intelligence collective doit nous permettre de trouver une solution dans les trente jours s’il y a de la bonne volonté des deux côtés.» Boris Johnson, quant à lui, assure qu’il ne s’agit «en aucun cas d’imposer des contrôles à la frontière irlandaise», mais qu’il y a des moyens, par exemple des systèmes électroniques, pour vérifier l’entrée des biens et leur origine.

C’est donc avec des sourires et en se tapant sur l’épaule – quoique, dans la cour de l’Élysée, cela n’a pas grande signification – qu’ils se sont retirés pour discuter…

Créé: 22.08.2019, 19h20

Articles en relation

Johnson, premier ministre plus anglais que britannique

Royaume-Uni Sa tournée cette semaine a permis au chef du gouvernement de mesurer la défiance que lui et le Brexit suscitent. Plus...

Pictet a versé de somptueux honoraires à Boris Johnson

Le Matin Dimanche En contrepartie d'une intervention d'une demi-heure, le nouveau premier ministre britannique a reçu 31 000 francs de la banque genevoise. Plus...

En cas de «no deal», d’importantes pénuries guettent les Britanniques

Royaume-Uni Les documents officiels obtenus et publiés par le «Sunday Times» révèlent un scénario catastrophe en cas de Brexit sans accord. Plus...

La crainte d’une récession freine le géant allemand

Conjoncture Editorial Les incertitudes liées au Brexit, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ont déjà un impact sur l’industrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...