Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Macron, c’est ce qui pourrait arriver de moins pire à la France!»

Marcel Gauchet: «Emmanuel Macron est le plus démocrate de tous les candidats. Il a le feeling pluraliste. Ça m’a beaucoup amusé lors des débats de voir les commentateurs les plus patentés dire qu’il ne savait pas y faire et qu’il devait être plus clivant en insultant poliment ses adversaires.»

Cette campagne est-elle totalement inédite ou ressemble-t-elle un peu à celle de 2002?

Pourquoi?

Et à gauche?

Au départ, qui aurait pu parier sur Macron?

Si le phénomène Macron a pris de l’essor, c’est parce qu’il était le plus consensuel dans un climat de rejet général?

Et le deuxième point?

A vous entendre donc, on aurait pu percevoir les signaux indicateurs de cette campagne depuis deux ans. Quand on percevait que les Français n’avaient envie ni de Hollande ni de Sarkozy…

Mais comment passer de cette intuition à la gouvernabilité. S’il gagne, il y aura un risque de cohabitation, de crise institutionnelle ? Ce sera la fin de la Ve République?

Pas même les Républicains ? C’est pourtant l’argument de François Fillon, qui dit que lui seul peut avoir une majorité…

Vous ne croyez pas à la théorie qui veut que quand on élit un Président c’est pour lui donner une majorité?

Ce serait le cas dans l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen comme dans celle d’une victoire d’Emmanuel Macron?

Vous soutenez donc Macron ?

Si Marine Le Pen ne remporte pas la présidentielle, pourra-t-on malgré tout dire qu’elle a remporté la bataille des idées ?

Même Macron ?

Le leader d’En Marche ne pourrait pas imposer ses propres idées ? Il se définit comme progressiste…

«Un scénario de cohabitation pourrie n'est pas à exclure!»

La crédibilité de la France est fortement entachée par les affaires. C’est le signe que rien ne va plus ou qu’au contraire, avec la transparence, certaines choses ne sont plus permises?

Concrètement?

Ces affaires et le contexte de la campagne vont d’emblée plomber le vainqueur?

Après la révolution, la réaction?