Londres accuse la Russie de tentative de meurtre

Royaume-UniTheresa May soupçonne Moscou d’avoir empoisonné un ancien agent double et sa fille. Tension palpable entre les deux pays.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après avoir tenté pendant des années de minimiser l’implication des autorités russes dans le décès de quatorze citoyens russes et britanniques au Royaume-Uni, Londres a décidé de frapper fort. «La Russie est probablement responsable» de l’empoisonnement de l’ancien double espion russe Sergei Skripal (66 ans) et de sa fille Yulia (33 ans), a indiqué lundi soir la première ministre Theresa May. Après avoir énuméré les provocations de Moscou ces dernières années, elle a rappelé que cette tentative de meurtre «n’était pas seulement un crime contre les Skripal mais aussi une action téméraire commise contre le Royaume-Uni, mettant la vie d’innocents en danger. Nous ne tolérerons pas cette tentative de tuer des civils innocents sur notre sol.» Faute d’explications convaincantes de la part de ses interlocuteurs russes, elle annoncera très prochainement des sanctions à leur encontre.

Cette tentative de meurtre contre l’ancien espion russe et sa fille est restée en travers de la gorge des responsables britanniques. D’autant plus qu’elle a fait une autre victime en la personne d’un des policiers britanniques chargés de l’enquête initiale, dont la vie demeure en danger. Et que les autorités craignent qu’elle fasse encore plus de dégâts. Ce week-end, elles ont ainsi recommandé à tous les Britanniques passés le dimanche 4 mars et le lundi 5 mars par le restaurant Zizzi’s et le Mill Pub à Salisbury de nettoyer «les vêtements portés et les objets emportés au moment de votre visite». L’ancien espion et sa fille y avaient déjeuné et bu un verre avant de s’effondrer sur un banc voisin.

Ces derniers jours, environ 180 membres du personnel scientifique de l’armée ont rejoint les 70 membres du contre-espionnage pour enquêter sur ce crime. En plus des deux commerces, trois lieux sont actuellement analysés au peigne fin: le domicile de l’ancien espion, le cimetière où se trouve la tombe de son épouse et de son fils, et le banc où il a été retrouvé inanimé avec sa fille.

La Russie, «État voyou»

«Il est pourtant probable que les détails de l’incident ne seront jamais éclaircis», explique Derek Averre, professeur de l’Université de Birmingham spécialisé dans la politique étrangère russe. Ce chercheur se montre en revanche inquiet des conséquences «très sérieuses» de cette action, «qui rappelle des méthodes de la guerre froide». «Même si la présidence n’est pas directement responsable, le fait qu’elle protège les coupables mettrait le pays en rupture de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, qu’elle a ratifiée. Cela prouverait en effet que des laboratoires russes produisent des armes chimiques alors que le pays s’était engagé à les détruire, et que les autorités les utilisent. Ce pourrait être un tournant majeur. Les régimes occidentaux pourraient conclure qu’ils ont affaire à un «État voyou».

Après s’être déclarés «outrés de la campagne médiatique antirusse», les responsables de l’ambassade russe à Londres ont accusé lundi le gouvernement britannique «de jouer à un jeu très dangereux». (TDG)

Créé: 12.03.2018, 20h18

Les Skripal, victimes de luttes internes?

La tentative d’assassinat contre l’ancien agent double russe interpelle les observateurs. «Sergei Skripal ne faisait pas d’ombre au Kremlin», assure Mathieu Boulègue, chercheur à l’Institut royal des affaires internationales. «Il faut savoir que de nombreux pays procèdent à ce genre d’opérations, qu’ils qualifient d’éliminations extraterritoriales. S’il n’était pourtant pas une cible prioritaire, il faut donc chercher la motivation de ses tueurs. Est-ce un message envoyé par Poutine au Royaume-Uni ou même plus largement à l’Europe sur sa capacité à agir où il veut? Ou les Skripal ne sont-ils que des victimes de la politique interne russe?»

Ce dimanche 18 mars, les Russes sont en effet appelés aux urnes pour élire leur président. Les sondages récents laissent à penser que Vladimir Poutine sera réélu dès le premier tour. «Un rééquilibrage des forces au pouvoir aura forcément lieu, comme après toute élection», précise Derek Averre, professeur de l’Université de Birmingham spécialisé dans la politique étrangère russe. «Il est donc tout à fait possible qu’un des services de sécurité ait décidé d’assassiner Skripal afin de montrer sa capacité d’action ou en croyant faire plaisir au Kremlin.» Le professeur émet une autre hypothèse: «Alors que les rumeurs se multiplient sur le fait que Poutine est désormais un président faible, peut-être a-t-il voulu taper un coup sur la table pour réaffirmer son autorité.» T. de B.

Articles en relation

Londres prête à se fâcher avec l’empoisonneur russe

Royaume-Uni Alors qu’il est établi que l’ex-agent double russe et sa fille ont bien été empoisonnés, Moscou fait figure de principal suspect. Plus...

L’ex-agent double victime d’un mystérieux poison

Royaume-Uni Un ancien espion russe et sa fille ont été retrouvés inconscients sur un banc à Salisbury, au sud de Londres. Une affaire qui rappelle celle de Litvinenko. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...