Leonarda rejette la main tendue de François Hollande

Rapatriement«Je n'irai pas seule. Je n'abandonnerai pas ma famille.» Voici ce que Leonarda Dibrani a répondu samedi à François Hollande qui lui offrait de revenir en France.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jeune collégienne rom Léonarda expulsée vers le Kosovo peut revenir en France pour y poursuivre sa scolarité, mais sans sa famille, a tranché samedi François Hollande, qui est sorti de son silence sur ce dossier controversé. Cette annonce a été rejetée par l'adolescente, qui se trouve au Kosovo avec sa famille depuis son expulsion le 9 octobre.

«Si Léonarda en fait la demande, un accueil lui sera réservé, à elle seule», a déclaré M. Hollande lors d'une déclaration solennelle à l'Elysée. Il a souligné que les conditions de l'expulsion de la famille Dibrani avaient été conformes au droit.

«Aucune règle de droit n'a été enfreinte» dans ce dossier, «toutes les voies de recours» de la famille qui avait été déboutée du droit d'asile politique ayant été «épuisées», a précisé le président français. Le chef de l'Etat s'est appuyé sur un rapport d'enquête que venait de lui remettre son ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Ce rapport a cependant relevé que les forces de l'ordre «n'ont pas fait preuve du discernement nécessaire» en interpellant l'adolescente lors d'une sortie scolaire le 9 octobre, a-t-il relevé.

Réactions et émotion

Des directives seront données aux préfets pour qu'aucun enfant ne puisse être interpellé à l'avenir dans le cadre d'activités scolaires.

Les circonstances de l'interpellation de Léonarda avaient provoqué une vive émotion à gauche, et des milliers de lycéens étaient descendus dans la rue jeudi et vendredi pour réclamer le retour de la collégienne. Plusieurs centaines d'entre eux ont encore manifesté samedi après-midi à Paris.

C'est en tenant compte de ces «circonstances» et d'une «situation humaine» que François Hollande a accepté le retour de la jeune fille.

Mensonges avoués

«Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille. Je ne suis pas la seule à devoir aller à l'école, il y a aussi mes frères et mes sœurs», a réagi Léonarda. Son père, Resat Dibrani, 47 ans, le seul membre de la famille à être né au Kosovo, s'est pour sa part emporté: «Si cela (NDLR: le retour) n'est pas possible gentiment, alors il se fera de force», a-t-il dit.

Léonarda est née en Italie, comme quatre de ses frères et sœurs. La dernière, âgée de 17 mois, est née en France.

Passé trouble

Resat Dibrani a avoué avoir menti aux autorités françaises sur les origines kosovares de sa famille dans l'espoir d'augmenter ses chances d'obtenir l'asile en France. Selon des témoignages recueillis en Italie, il avait quitté ce pays sous la menace de se voir retirer la garde de ses enfants s'il refusait de les envoyer à l'école.

Offre présidentielle critiquée

La déclaration du président français n'a pas suffi à calmer l'incendie à gauche, tandis que la droite s'est gaussée de sa perpétuelle «recherche de synthèse». En cherchant à concilier respect du droit et humanité, le président français a cherché à clore un dossier qui a une fois de plus mis à mal la cohésion de son gouvernement. La politique de fermeté de Manuel Valls vis-à-vis de l'immigration clandestine a été vivement critiquée par la ministre verte Cécile Duflot, et a troublé une partie de la gauche.

«S'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé», avait assuré dès mercredi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Deux tiers des Français hostiles à un retour

Manuel Valls, fort du soutien massif de l'opinion publique (65% des Français se disaient hostiles au retour de Léonarda et de sa famille, selon un sondage du journal Le Parisien), était rentré précipitamment d'une visite aux Antilles dans la nuit de vendredi à samedi pour reprendre le dossier en main.

L'offre faite à Léonarda, et elle seule, a été qualifiée de «grave faute politique et morale» par le Parti communiste et d' «indécente et inacceptable» par l'association La voix des Roms. Le chef du parti socialiste Harlem Désir a quant à lui souhaité «que tous les enfants de la famille» puissent revenir en France avec leur mère.

(afp/nxp)

Créé: 19.10.2013, 13h47

Articles en relation

Leonarda forcée de mendier par son père

Révélation Le maire de Fano, ville italienne où avait résidé la famille rom au cœur d'une vaste polémique en France, a déclaré que les autorités de cette commune avaient menacé de retirer la garde des enfants au père. Plus...

L'expulsion de Leonarda est «conforme»

France L'expulsion de Leonarda est «conforme à la réglementation en vigueur», mais les forces de l'ordre «n'ont pas fait preuve du discernement nécessaire» en prenant en charge la collégienne lors d'une sortie scolaire. Plus...

Deux Français sur trois contre le retour de Leonarda

Non Près de deux Français sur trois affirment être opposés au retour de Leonarda en France, indique un sondage BVA publié samedi. Plus...

Qui est Reshat Dibrani, le père de Leonarda?

France Entre violences et mensonges, les informations sur le père de Leonarda Dibrani, l'adolescente expulsée de France vers le Kosovo, semblent révéler un passé trouble. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...