Passer au contenu principal

Leonarda exclut de rentrer seule en France

Leonarda Dibrani, la collégienne rom expulsée de France vers le Kosovo, est revenue mardi sur ses déclarations. Elle a assuré ne pas vouloir regagner la France sans sa famille, des propos approuvés par son père.

Leonarda voulait rentrer en France avec sa famille.La justice a rejeté ce mardi toutes les requêtes de la famille Dibrani. (28 janvier 2014)
Leonarda voulait rentrer en France avec sa famille.La justice a rejeté ce mardi toutes les requêtes de la famille Dibrani. (28 janvier 2014)
AFP
Leonarda Dibrani, 15 ans, a été expulsée de France le 9 octobre 2013 vers le Kosovo avec sa famille.
Leonarda Dibrani, 15 ans, a été expulsée de France le 9 octobre 2013 vers le Kosovo avec sa famille.
AFP
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui a écourté vendredi 18 octobre son voyage aux Antilles, est au cœur des critiques. Une partie de l'opposition, le parti communiste et l'opinion publique attendent de lui des explications sur l'affaire Leonarda.
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui a écourté vendredi 18 octobre son voyage aux Antilles, est au cœur des critiques. Une partie de l'opposition, le parti communiste et l'opinion publique attendent de lui des explications sur l'affaire Leonarda.
AFP
1 / 9

«Je ne veux pas rentrer seule. Ce n'est pas juste. Je veux rentrer uniquement avec ma famille. Je ne vais pas rentrer en France, même si (le président français François) Hollande en personne vient ici», a dit Leonarda au Kosovo, où elle a été envoyée avec sa famille après avoir été interpellée lors d'une sortie scolaire le 9 octobre.

Dans la journée, elle avait d'abord dit à la chaîne française de télévision Canal qu'elle hésitait entre refuser et accepter l'offre de M. Hollande. Celui-ci avait déclaré qu'elle pouvait rentrer en France, mais sans sa famille. «Ma famille est mon coeur», a-t-elle dit un peu plus tard en serrant sa mère dans ses bras.

«Hors de question»

Pour sa part, son père, Resat, 47 ans, a affirmé qu'il était «hors de question» que sa fille rentre seule en France. «Soit elle rentre avec sa famille, soit elle ne rentre pas. Il n'y a que la mort qui peut nous séparer», a-t-il poursuivi.

«Comment peut-on dire à une enfant âgée de 15 ans 'la porte est ouverte pour toi', alors qu'elle ne peut pas franchir les frontières sans l'aval de ses parents», s'est-il interrogé.

Selon un journaliste de l'AFP qui se trouvait dans l'appartement des Dibrani à Kosovska Mitrovica, Leonarda semblait sereine et ne donnait pas l'impression d'avoir subi une quelconque pression pour changer sa déclaration.

Depuis leur expulsion, M. Dibrani, le seul de sa famille à être né au Kosovo, a admis avoir menti sur les origines kosovares de sa famille. Il a aussi reconnu avoir présenté un faux certificat de mariage lorsqu'il a déposé les demandes d'asile en France. Il a dit qu'il espérait qu'ainsi lui et sa famille auraient plus de chances d'obtenir l'asile.

Défi des écologistes

L'interpellation de Leonarda Dibrani par la police au cours d'une sortie scolaire a soulevé une vague d'émotion dans une partie de la gauche française et mis des milliers de lycéens dans la rue.

Les écologistes français, membres du gouvernement de gauche, ont défié mardi le président socialiste François Hollande en appelant au retour de la collégienne et de sa famille et à une poursuite de la mobilisation des lycées.

M. Hollande avait provoqué un tollé au sein même de sa majorité en justifiant samedi l'expulsion de la famille tout en proposant à la jeune collégienne de revenir «seule» en France poursuivre ses études.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.