Johnson veut 14 ans de prison pour les terroristes

Royaume-UniUn emprisonnement de 14 ans minimum pour les actes de terrorisme est demandé par Boris Johnson suite à l'attaque qui a fait deux morts vendredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Boris Johnson s'est engagé à instaurer des peines plancher et à abolir les libérations anticipées pour les personnes condamnées pour terrorisme. Certains lui reprochent d'utiliser à des fins politiques l'attentat meurtrier de Londres, à dix jours des législatives.

Au surlendemain de l'attaque au couteau qui a fait deux morts vendredi sur le London Bridge, le Premier ministre britannique a accusé les travaillistes - aujourd'hui dans l'opposition - d'être à l'origine d'une loi ayant permis la libération anticipée automatique de l'assaillant. Usman Khan, 28 ans, est sorti de prison en 2018, six ans après sa condamnation pour des infractions terroristes.

Une «condamnation obligatoire»

«Ce système doit prendre fin», a plaidé le dirigeant conservateur dans une tribune publiée par le «Mail on Sunday», en pleine campagne pour sa réélection aux élections anticipées du 12 décembre.

«Si vous êtes condamné pour une infraction terroriste grave, il devrait y avoir une condamnation obligatoire minimum de 14 ans, et certains ne devraient jamais sortir», a-t-il poursuivi. «Pour toutes les infractions terroristes et extrémistes, la condamnation prononcée par le juge doit être effectivement purgée: ces criminels doivent purger chacun des jours de leur peine, sans exception».

L'attaque «aurait pu être évitée»

De telles mesures auraient permis d'éviter l'attaque sanglante revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique, a assuré le Premier ministre. Usman Khan avait été condamné à une peine d'emprisonnement d'une durée indéterminée en 2012, avec un minimum de huit ans, ramenée à 16 ans de prison en appel en 2013, pour son appartenance à un groupe qui avait voulu commettre des attentats à la bombe au Royaume-Uni.

Il a lancé son attaque à une conférence sur la réhabilitation des prisonniers à laquelle il participait. Celle-ci était organisée par l'institut de criminologie de l'université de Cambridge pour lequel travaillait un jeune homme de 25 ans, dont la mort a été confirmée dimanche par l'établissement.

«Il vivait selon ses convictions (...) C'était un jeune homme exceptionnel», a tweeté son père. Oeuvrant au rapprochement des mondes académique et carcéral, «il faisait un travail formidable».

Le deuxième mort est une ex-étudiante de Cambridge. Un membre du personnel de l'université figure également parmi les trois blessés. Selon le service public de santé (NHS), l'un a pu quitter l'hôpital et les deux autres se trouvaient dimanche «dans un état stable».

«Réactions à l'emporte-pièce»

Sur la BBC, Boris Johnson a indiqué que les cas d'«environ 74» autres condamnés pour terrorisme ayant également bénéficié d'une libération anticipée seraient examinés «pour assurer qu'ils ne constituent pas une menace». Mais il s'est immédiatement attiré des critiques de ceux qui pensent qu'il veut utiliser le drame en avançant ces propositions ne figurant pas dans le programme des conservateurs présenté fin novembre.

«Nous n'avons pas besoin de réactions à l'emporte-pièce», a tweeté le père du jeune homme tué, pointant du doigt «la destruction du service de probation qui est censé surveiller les prisonniers après leur libération».

Depuis 2010, date de l'arrivée au pouvoir des conservateurs, ce service a fait l'objet de coupes drastiques et «nous sommes en conséquence moins en sécurité», a-t-il ajouté.

«Ne pas capitaliser sur une tragédie»

«En plein milieu d'une élection, il ne faudrait pas capitaliser politiquement sur une tragédie, et c'est ce qu'il fait», a déclaré quant à lui le chef adjoint des libéraux-démocrates, Ed Davey, sur Sky News.

Pour le leader du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, il ne faut «pas nécessairement» emprisonner les condamnés pour terrorisme en jetant la clé : «Cela dépend des circonstances». «Aucun gouvernement ne peut empêcher toutes les attaques» mais «le gouvernement peut agir pour rendre de tels actes terroristes moins probables», a-t-il argumenté ultérieurement lors d'un discours de campagne à York: l'accent doit être mis sur la police, les services de probation et sociaux.

Le London Bridge avait déjà été le théâtre d'un autre attentat revendiqué par le groupe EI, qui avait fait huit morts en 2017. (ats/nxp)

Créé: 01.12.2019, 10h58

Galerie photo

Attaque à l'arme blanche à Londres

Attaque à l'arme blanche à Londres Plusieurs personnes ont été blessées vendredi à Londres lors d'une attaque à l'arme blanche à London Bridge.

Articles en relation

Boris Johnson veut revoir les libérations anticipées

Royaume-Uni Suite à l'attaque de Londres, le Premier ministre britannique ne veut plus que des personnes condamnées pour crimes violents puissent être libérées de manière anticipée. Plus...

L'EI revendique l'attentat de Londres

Royaume-Uni L'agence de propagande du groupe Etat islamique (EI) a affirmé que l'auteur de l'attaque menée à Londres fait partie de ses rangs. Plus...

L'assaillant de Londres était un ancien prisonnier

Royaume-Uni L'auteur de l'attaque de Londres de vendredi était en liberté conditionnelle après une condamnation pour terrorisme. Plus...

Attaque «terroriste» à Londres, deux morts

Grande-Bretagne Une attaque à l'arme blanche a fait deux morts au London Bridge, dans le coeur de la capitale britannique, vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...