Passer au contenu principal

Jeune de banlieue: «Un monstre créé pour effrayer le bourgeois»

Dix ans après les nuits de violence urbaine qui avaient fait vaciller la France, la banlieue a-t-elle changé? Réponses.

En 2005 dans la région parisienne, mais également dans la plupart des centres urbains de France, les banlieues se sont embrasés. Et après 21 nuits d’émeutes, 9000 véhicules, 300 édifices publiques incendiés, et des centaines d’interpellations le calme revint...
En 2005 dans la région parisienne, mais également dans la plupart des centres urbains de France, les banlieues se sont embrasés. Et après 21 nuits d’émeutes, 9000 véhicules, 300 édifices publiques incendiés, et des centaines d’interpellations le calme revint...
Keystone

Il y a dix ans, un 27 octobre, la mort de deux adolescents poursuivis par la police en banlieue parisienne allait allumer la mèche de trois semaines de violences urbaines. Pour rétablir le calme, le président de la République Jacques Chirac avait eu recouru à l’état d’urgence, mesure d’exception utilisée uniquement lors de la Guerre d’Algérie et de Mai 68. Malgré les importants efforts de l'état français, les banlieues restent des territoires sensibles minées par la précarité, le chômage et où peut prospérer la radicalisation islamiste.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.