Jeremy Corbyn a le sort d’une élection anticipée entre les mains

Grande-BretagneLe chef du parti travailliste est plus que jamais sous pression pour accepter lundi la tenue d’une élection anticipée.

De quel côté les élus du Labour et leur leader Jeremy Corbyn vont-ils faire pencher la balance? Élections ou non? Réponse ce lundi.

De quel côté les élus du Labour et leur leader Jeremy Corbyn vont-ils faire pencher la balance? Élections ou non? Réponse ce lundi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parti travailliste britannique et son chef Jeremy Corbyn hésitent encore. Doivent-ils ou non voter ce lundi en faveur de la proposition du premier ministre Boris Johnson d’organiser une élection générale anticipée le 12 décembre? Leur décision sera déterminante: la législation oblige le chef du gouvernement à obtenir le soutien de deux tiers des députés de la Chambre des communes; il n’y parviendra donc qu’avec l’accord de la majorité des 245 élus travaillistes.

L’enjeu est capital. Une victoire des conservateurs leur permettrait théoriquement de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2024. Soit quatorze années d’affilée depuis la victoire de David Cameron en mai 2010. Boris Johnson pourrait alors concrétiser le Brexit et la relation future avec l’Union européenne à sa guise. De nombreux Britanniques, partisans d’un maintien dans l’UE ou de la poursuite d’une relation forte avec l’Europe, redoutent cette perspective. Elle rend, à leurs yeux, une défaite conservatrice d’autant plus nécessaire.

Jeremy Corbyn voudrait ainsi en découdre au plus vite avec Boris Johnson. Il l’estime fragilisé après avoir rompu sa promesse: «Je sortirai le pays de l’UE le 31 octobre.» Un engagement qui lui a permis de se faire élire à la tête du parti conservateur et de faire revenir de nombreux électeurs partis, attirés par le Brexit Party de Nigel Farage. Pourtant lundi, le Conseil européen annoncera un report de la date du Brexit afin de permettre au Royaume-Uni de faire adopter la législation nécessaire à sa concrétisation.

Néanmoins, il est probable que le dirigeant travailliste se ralliera lundi à l’avis de la majorité de ses députés. Ceux-ci craignent qu’une élection rapide le 12 décembre «serve aux gens à exprimer leurs sentiments sur le Brexit plutôt que sur les questions qui décident normalement d’une élection générale: le système de santé, l’éducation, la police et l’environnement», s’inquiète le maire de Londres Sadiq Khan.

Or, pour les électeurs, la position du Labour n’est pas claire sur le Brexit. À ne pas vouloir prendre parti en faveur du maintien dans l’UE ou au contraire du Brexit, Jeremy Corbyn a mécontenté beaucoup de monde. Certains de ses électeurs traditionnels ayant voté en faveur du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016 prévoient ainsi de voter pour les conservateurs ou le Brexit Party (12% d’intentions de vote); ses plus fervents proeuropéens penchent vers les libéraux-démocrates (18%). Le Labour reste donc plombé à 25% d’intention de votes dans les sondages, loin de sa performance de 2017 (40%) et surtout à distance des conservateurs (35%).

«Ces sondages ne sont pas à prendre au pied de la lettre», prévient Anand Menon, professeur de sciences politiques à King’s College London. «Aucun vote n’est assuré. Durant les trois élections générales de 2010, 2015 et 2017, 49% des électeurs ont voté pour des partis différents! Jamais le résultat d’une élection générale, quel que soit son timing, n’a semblé aussi imprévisible.»

Créé: 27.10.2019, 21h17

Articles en relation

À jouer, Johnson s’est placé dans la gueule de Corbyn

Royaume-Uni Le premier ministre veut une élection générale anticipée pour sortir de l’impasse du Brexit. L’opposition travailliste refuse. Plus...

Un 2e référendum pourrait couper le Labour du pouvoir

Brexit Le vote du Labour en faveur d’un second référendum pourrait se révéler dévastateur pour le parti de Jeremy Corbyn. Plus...

Les députés s'opposent à une élection anticipée mi-octobre

Royaume-Uni Les opposants à un Brexit dur refusent de suivre Boris Johnson. La saga devrait durer quelques mois encore. Plus...

Boris Johnson martèle que le vote de Westminster samedi ne change rien

Brexit Dimanche, les tractations sur le Brexit ont continué à Bruxelles malgré la demande de report. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...