Passer au contenu principal

Crise de la detteJean-Claude Trichet met en garde contre un «Grexit»

Un «Grexit» coûterait très cher à l'Europe, prévient l'ancien président de la BCE, puisque les Grecs, forcés de vivre «un bouleversement terrible et douloureux», ne pourraient plus rembourser leurs dettes.

Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), juge que les Européens sous-estiment «le risque d'une contagion géopolitique en Europe».
Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), juge que les Européens sous-estiment «le risque d'une contagion géopolitique en Europe».

Les créanciers «devraient renoncer à la quasi-totalité de leurs remboursements» en cas de sortie de la Grèce de l'euro, avertit Jean-Claude Trichet. Le Français, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), pense que certains sous-estiment le «risque géopolitique» d'un «Grexit».

Un «Grexit» coûterait très cher à l'Europe, a jugé vendredi M. Trichet dans les colonnes du quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Non seulement pour les Grecs, forcés de vivre «un bouleversement terrible et douloureux», mais aussi pour les créanciers qui «devraient renoncer à la quasi-totalité de leurs remboursements», a-t-il prévenu.

Berlin lâche du lest?

Néanmoins, «une réduction de la dette (grecque) de la part des Européens est exclue» dans les négociations avec Athènes, a-t-il observé. Ses déclarations interviennent alors que le gouvernement grec a soumis une ultime liste de réformes à Bruxelles, et que l'Allemagne semble lâcher un peu de lest, en continuant d'exclure toute réduction de la dette grecque mais en entrebaillant la porte à un «rééchelonnement».

«Le risque d'une contagion géopolitique en Europe est sous-estimé, notamment en Allemagne», a poursuivi M. Trichet. L'ancien patron de la BCE a estimé que «l'Europe (avait) une responsabilité historique d'ancrer les pays de l'ancien bloc communiste».

Proximité religieuse avec la Russie

En cas de sortie d'Athènes de la zone euro, l'on doit avoir à l'esprit «la proximité culturelle des Grecs avec l'Ukraine et la Russie grâce au lien de la religion orthodoxe», a-t-il précisé.

Depuis son arrivée au pouvoir, le premier ministre grec Alexis Tsipras a affiché ses relations chaleureuses avec le président Vladimir Poutine, notamment lors de moments critiques des négociations entre Athènes et ses créanciers. Moscou a toutefois toujours précisé que la Grèce ne lui avait pas réclamé d'aide financière.

ats/smk

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.